Monthly Archives: janvier 2014

Damon Lindelof

Preview 2014 : Damon Lindelof continue de surfer sur le mystère

Damon Lindelof fascine autant qu’il énerve. A Lost in Universes, on fait partie de ceux qui le soutiennent. Premièrement parce que Lost reste l’une de nos séries préférées (même si la fin n’était pas totalement à la hauteur de nos attentes) et ensuite parce qu’il ne peut pas être tenu comme seul responsable dans la déception Prometheus. Dois-je vous rappeler que Ridley Scott en personne était derrière la caméra ?

"Amour Crime Parfait" de Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Critique : l’Amour est un crime parfait, de Jean-Marie et Arnaud Larrieu

Explorer un nouveau registre. Il faut bien le dire, les cinéastes français sont peu nombreux à se lancer dans cette aventure. A quelques exceptions près. Les frères Larrieu aiment, plus que tout, brouiller les pistes. Après le cinéma bucolique, la prose existentielle ou encore le film de fin du monde, ils s’essaient au polar. Non, pas tout à fait. Au thriller psychologique plutôt.

DF-02950.CR2

Critique : Les Brasiers de la colère, de Scott Cooper

Scott Cooper connaît la musique. En 2009, avec Crazy Heart il avait transformé Jeff Bridges en ancienne gloire de Country Music, cherchant le chemin de la rédemption. Cinq ans plus tard, dans les Brasiers de la colère, il est toujours beaucoup question du poids du destin mais un peu moins de musique. Même si la voix cassée de Bruce Springsteen participe totalement à l’ambiance mélancolique du film.

following

The Following, premières impressions

2,40 secondes pour retenir l’attention. 2,40 minutes pour être au coeur du sujet. 24 minutes pour être pris sans retour dans les filets de ce pilote effroyablement efficace.

NYMPHOMANIAC

Critique : Nymphomaniac, Volume 1, de Lars Von Trier

Après la polémique cannoise. Après la beauté plastique de son Melancholia. Lars Von Trier revient. Pas avec un film anodin ou classique. Evidemment. Mais avec un long métrage, en deux parties, qui raconte le parcours érotique d’une nymphomane aguerrie. Cette dernière est interprétée par Charlotte Gainsbourg. Bien sûr.

DF-02238.CR2

Critique : 12 Years A Slave, de Steve McQueen

L’esclavage est un lourd fardeau pour l’Amérique. Une tache sombre et sanglante dans son histoire. En 2013, nous célébrions les 150 ans de son abolition. Au cinéma, cette commémoration a donné lieu à des œuvres aussi puissantes que différentes.

The Spectacular Now

Critique : The Spectacular Now, de James Ponsoldt

Shailene Woodley, Miles Teller (tous les deux bientôt dans Divergente), Brie Larson (Don Jon)… ces noms ne vous disent peut-être rien et pourtant ils sont déjà considérés comme la relève hollywoodienne. Dans The Spectacular Now qui a fait sensation lors du dernier Festival de Sundance, ces trois jeunes pousses jouent au triangle amoureux. Pas de panique. James Ponsoldt ne fait pas partie de ces réalisateurs de studio qui ont une vision basique du Teen Moovie. Avant d’être un film d’ados, The Spectacular Now est surtout une chronique sensible sur cet âge délicat.

Tournage YSL

Critique : Yves Saint-Laurent, de Jalil Lespert

Le chiffon et le cinéma font généralement bon ménage. Les grands couturiers sont sollicités pour imaginer les costumes d’un film. Et aujourd’hui, ils deviennent des héros de cinéma comme les autres. Après Coco Chanel il y a six ans (Coco avant Chanel et Coco Chanel & Igor Stravinsky), c’est au tour d’Yves Saint-Laurent (mieux connu des fashionistas sous l’acronyme YSL) d’avoir les honneurs du Septième Art.

homefront

Critique : Homefront, de Gary Fleder

Une histoire de vengeance dans le milieu des trafiquants de méthamphétamine ne semble pas, a priori, réserver de grandes promesses de subtilités proustiennes. Surtout si elle a été écrite par Chuck Logan, scénarisée par Sylvester Stallone et que Jason Statham y joue les gros bras. Et pourtant Homefront est l’une des  bonnes surprises de ce début d’année.

Philomena-15

Critique : Philomena, de Stephen Frears

Après un détour par la comédie (Tamara Drewe et Lady Vegas), Stephen Frears revient au drame avec Philomena. Pardon à « l’aventure humaine » pour reprendre les mots de Martin Sixsmith. Ce journaliste, interprété dans le film par Steve Coogan (A Very English Man) est l’auteur du bouquin qui a inspiré le film. Soit l’histoire vraie d’une femme (jouée par la grande Judy Dench) dont on a volé l’enfant et qui décide de rompre le silence au bout de cinquante ans.