Monthly Archives: juin 2015

Critique : Maggie, d’Henry Hobson

Pour échapper aux féroces appétits des morts-vivants, Abigail Breslin était en cavale depuis Bienvenue à Zombieland. Elle s’est finalement faite rattrapée… Mordue au bras, elle attend sa transformation et son exécution dans un sinistre centre de quarantaine. Lorsque son père vient la chercher, elle a le privilège de pouvoir rentrer chez elle pour mourir. Maggie nous invite à partager cette lente mais inexorable métamorphose.

Critique : Jurrasic World, de Colin  Trevorrow

Qui n’en a pas rêvé ? 22 ans après le premier film de Steven Spielberg, le parc à dinosaures imaginé par Michael Crichton est enfin ouvert. En un plan aérien magnifique, le fantasme du millardaire John Hammond prend vie sous nos yeux de spectateurs émerveillés. Le pouvoir de séduction est immédiat.

Critique : Victoria, de Sebastian Schipper

Primé à Berlin et à Beaune (Festival du film policier), Victoria est ce que l’on appelle un film de Festival. Soit un petit film qui arrive sur nos écrans auréolé d’une réputation flatteuse. Sebastian Schipper, réalisateur et scénariste, s’est lancé un défi de taille avec ce long métrage. Il a réalisé un plan séquence en temps réel de 2 h 14. D’un point de vue technique, Victoria a donc de quoi suscité l’attention des cinéphiles. Car si ce n’est pas la première fois que quelqu’un réalise un film en utilisant ce principe (on se souvient de La Corde d’Hitchcock et du récent Birdman), cette fois-ci, Schipper ne triche pas. Ou du moins, on aime à le croire !

Critique : Ex-Machina, d’Alex Garland

Intelligence artificielle es-tu là ? Après le Ultron, un poil prétentieux, des Avengers 2, Alex Garland nous offre avec Ex-Machina une vision plus réaliste mais aussi plus effrayante des robots intelligents. Le scénariste de La Plage, qui semble avoir un goût prononcé pour la notion de « paradis perdu », a opté pour un huis-clos malsain, bien loin des délires complotistes du long métrage de Marvel. Dans ce bunker au milieu de nulle part, personne ne vous entendra hurler…

Critique : Trois Souvenirs de ma jeunesse, d’Arnaud Desplechin

Même les films d’auteur ont droit à leur prequel. La preuve avec Trois Souvenirs de ma jeunesse, qui revient sur les jeunes années de Paul Dédalus, héros de Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle) d’Arnaud Desplechin. On va pas se mentir, ce long métrage sorti en 1996 et encensé par une grande partie de la presse m’a toujours laissé de marbre. Mais parfois les années se passent et les films ne se ressemblent pas. Tant mieux.

Critique : San Andreas, de Brad Peyton

Installez-vous confortablement dans votre fauteuil. Attachez bien votre ceinture. Calez vos lunettes. Le tour de montagne russe va commencer. Voici en quelques phrases le principal argument de ce San Andreas de Brad Peyton. Soit un film catastrophe qui imagine le Big One, un tremblement de terre gigantesque qui est attendu, un jour ou l’autre, en Californie. 

Critique : A la poursuite de demain, de Brad Bird

Ne vous fiez pas à son titre digne d’une publicité des années 80. A la poursuite de demain (Tomorrowland en VO), de Brad Brid, est un vrai film d’aventure old school. Au menu, on trouve une  héroïne naïve et courageuse, un inventeur de génie, des méchants robots et un voyage dans un monde parallèle… Les influences vont de Retour vers le futur à Men in black en passant par Explorers. Pas mal pour un long métrage dont le point de départ était une adaptation d’une attraction des parcs Disney.