Monthly Archives: février 2016

Critique : Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

Après un western crépusculaire (True Grit) et un drame sur un looser magnifique (Inside Llewyn Davis), les frères Coen reviennent à l’un de leur genre de prédilection : la comédie déjantée. Ave, César! (Hail Caesar!) nous plonge dans les coulisses du cinéma hollywoodien des années 50. On y suit les aventures mouvementées de Eddie Mannix (Josh Brolin) chargé d’éviter scandales et autres dérapages qui terniraient l’image des studios. Un pur régal d’écriture.

Livre : Le Livre des Baltimore, de Joël Dicker

Dans le Livre des Baltimore, on retrouve Marcus Goldman, héros de La Vérité sur l’affaire Harry Québert, un écrivain à succès donc, qui décide de quitter New York pour s’installer en Floride et écrire un roman sur l’histoire de sa famille. Ou plus précisément sur les deux clans qui la composent : les Goldman de Baltimore, les nantis à qui tout réussit, à qui la vie sourit, et les Goldman de Montclair (dont est issu Marcus), les parents pauvres des précédents, une famille modeste d’Américains moyens.

Critique : The Revenant, d’Alejandro González Iñárritu

Après le magnifique et déjanté plan séquence de Birdman, Alejandro González Iñárritu tente une nouvelle fois de réinventer les codes du cinéma. Avec The Revenant, il a tenté de revenir à une forme de cinéma vérité, presque naturaliste. Baigné dans une lumière magnifique, utilisant les décors naturels (le Canada et l’Argentine) comme un studio à ciel ouvert, mettant Leonardo DiCaprio à rude épreuve (il a dû manger du foie de bison cru…), le long métrage est une véritable expérience. Préparez-vous.

Exposition : Osiris, les Mystères engloutis de l’Egypte

N’attendez plus ! Il vous reste jusqu’au 6 mars pour vous immerger au sein des objets, statues et autres vestiges issus des fouilles sous-marines menées pendant près de dix ans par l’archéologue Franck Goddio.

Série : Vinyl, premières impressions

Fermez les yeux et imaginez… Une série produite par Martin Scorsese et Mick Jagger sur le milieu de la musique dans les années 70. Pas la peine d’en dire plus, sur le papier Vinyl avait déjà tout pour plaire. Cerise sur le gâteau, la série de 10 épisodes a été commandée par HBO et le pilote est réalisé par Martin Scorsese en personne ! Installez-vous tranquillement sur votre canapé, la séance va commencer.

Critique : Spotlight, de Tom McCarthy

Le journalisme d’investigation est-il encore vivant ? A l’heure des réseaux sociaux, des chaînes d’actualité en continu et où tout le monde peut filmer un évènement avec son smartphone, on est en droit de se poser la question. Pourtant Spotlight de Tom McCarthy répond par l’affirmative. Avec un peu de courage, d’obstination, de logique et de temps, c’est possible. Tant mieux.

Critique: Zootopie, de Byron Howard et Rich Moore

Que l’on aime ou pas Disney, on doit bien reconnaître à la firme aux grandes oreilles une chose : elle a une capacité à créer des univers fantastiques qui peupleront l’imaginaire de générations d’enfants pendant des décennies. Ce Zootopie, dernier né des studios Disney fait particulièrement fort question univers puisqu’ils ont inventé une cité spectaculaire dans laquelle vivent en harmonie tous les animaux de la création. Avec ces couleurs chamarrées, ces différents mondes (la ville, la jungle, la neige…), cette mégalopole fascine immédiatement le spectateur qui rêve comme Judy, la petite lapine, d’en explorer les moindres recoins.

Critique : The Danish Girl, de Tom Hooper

Les biopics ont plusieurs fonctions. Souvent, il s’agit de mettre en image la vie de célèbres artistes, politiciens et autres scientifiques qui ont laissé leur empreinte sur le monde. Mais parfois, on va au contraire mettre la lumière sur des oubliés de l’histoire et qui pourtant à leur manière ont contribué à changer le monde. Lili Elbe (née Einar Wegener) appartient à cette deuxième catégorie. 

Théâtre : L’Envers du décor, de Florian Zeller

Patrick décide de présenter sa nouvelle fiancée, la très très jeune et très belle Emma, à son couple d’amis, Daniel et Isabelle (cette dernière n’étant autre que la meilleure amie de son ex-femme !). Un dîner qui va totalement les bouleverser et déclencher une véritable tempête dans leur tête.

Critique : Creed, de Ryan Coogler

Le film de boxe ne serait rien sans Rocky. Film culte pour tout une génération, le long métrage écrit par un quasi inconnu à l’époque (un certain Sylvester Stallone) était une ode aux laissés-pour-compte du rêve américain. La revanche n’était pas ici à prendre sur le monde mais sur soi-même. Quarante ans après, et cinq suites plus tard, voici Creed, un spin-off réussi car il endosse avec fierté son héritage.