Monthly Archives: octobre 2016

©Mars Films

Critique : Sing Street, de John Carney

John Carney connaît la musique. Et je ne dis pas ça juste pour l’effet de style. Le réalisateur de Once et de New York Melody à lui-même été bassiste au sein du groupe The Frames dans les années 90.  Si la musique est sa passion, le cinéma reste cependant sa plus belle forme d’expression. Sing Street, inspiré sans doute de sa propre existence, se révèle être un feel good movie aussi électrisant qu’émouvant.

Copyright Shayne Laverdière, courtesy of Sons of ManualJuste la fin du monde

Critique : Juste la fin du monde, de Xavier Dolan

Xavier Dolan est une énigme. A Lost in Universes, on admire sa façon de ne jamais faire de concession et d’aller jusqu’au bout de ses idées. Que l’on fasse partie de ses fans ou de ses détracteurs, il faut bien lui reconnaître quelque chose, ses films ont une vraie personnalité. Même s’il a divisé la presse et le public, Juste la fin du monde est un film puissant qui ne vous laissera pas indemne. Ça je peux vous en faire la promesse.

20th-century-fox

Critique : Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton

Big Eyes, biopic un peu décevant sur la vie de la peintre Magaret Keane, était une exception dans la filmographie de Tim Burton. Avec Miss Peregrine et les enfants particuliers, adaptation du best seller du même nom, le cinéaste revient à son domaine de prédilection : les univers étranges et décalés. Bien sûr c’est peut-être enfantin mais promis cela reste digne d’intérêt.

©Ecce Films / Victoria

Critique : Victoria, de Justine Triet

La romcom à la française avait besoin d’un coup de neuf. Victoria, dramedie romantique moderne, incarne sans ambiguïté ce renouveau. Et Virginie Effira, lumineuse et naturelle, s’impose définitivement comme l’héroïne romantique de cette décennie.
© Bleecker Street Films

Critique : Captain Fantastic, de Matt Ross

Inutile de chercher dans votre collection Marvel, Captain Fantastic n’est pas le nouveau super-héros à la mode. Non, c’est un film indépendant amércain qui a remporté le prix de la mise en scène dans la sélection Un Certain Regard lors du dernier Festival de Cannes. Son réalisateur, Matt Ross, qui signe son second long métrage n’est pourtant pas un inconnu, surtout pour les sériephiles car il incarne l’abominable Gavin Belson dans la rigolote Silicon Valley. Aujourd’hui, avec Captain Fantastic il devient un réalisateur à suivre.