5 raisons de regarder Missions, nouvelle série OCS Signature

Ne réglez pas votre téléviseur. Missions est bien une série de science-fiction originale et 100 % française. Nouvelle série OCS Signature après Les Grands,  Irresponsable ou encore In America, Missions n’a pas peur d’être une production audacieuse imprégnée de références américaines tout en trouvant sa propre voix. Découvrez pourquoi il ne faut pas manquer les dix épisodes de la saison 1 disponibles depuis le 1er juin sur OCS City. 

Une narration cinématographique. Missions suit les péripéties de l’équipage de la première mission habitée sur Mars. Une fois sur place, ils vont vite découvrir qu’ils ne sont en réalité pas les premiers. Dès son introduction, qui nous plonge en 1967 au cœur de la capsule So Youz, la série plante le décor : nous ancrer dans un contexte historique réel. Pourtant après un premier épisode intense, la série nous plonge peu à peu dans le mystère et le fantastique… mais pour une fois il ne s’agit pas d’introduire un méchant alien qui tue tout le monde. L’intrigue plus subtile mêle philosophie, écologie et même psychanalyse. Le format 10 x 26 minutes, assez rare encore en France, donne à la narration une structure intéressante, plus rythmée, avec un sens subtil du cliffhanger. Bref, Missions adopte un langage autant sériel que cinématographique.

Une direction artistique efficace. Le vrai défi quand on réalise une série de science-fiction c’est de rester crédible. Cette question a été une préoccupation constante des auteurs de Missions tout au long du processus créatif. La solution de facilité aurait été de faire une comédie. Mais Julien Lacombe, auteur et réalisateur de cette ambitieuse série, n’avait pas envie de faire un Alien avec des blagues. Pour éviter ce côté kitch et décalé qu’il redoutait, une seule solution s’impose : investir dans le décor. « Sur Missions, le montant alloué au décor représente un tiers du budget total de la série », explique Julien Lacombe. Et le résultat est visible à l’écran. Si le vaisseau extérieur est réalisé en 3D, l’intérieur a été reproduit en studio. Pour la planète rouge, les comédiens ont tourné dans le désert de Ouarzazate au Maroc, d’autres séquences ont été tournées sur un glacier dans le Mont Blanc. Enfin, le Rover est en réalité une maquette comme dans les premiers Star Wars. La musique fait totalement partie de l’ADN de la série. C’est primordial dans un projet de science-fiction car cela permet au spectateur de se plonger plus facilement dans l’univers qui lui est proposé à l’écran. Pour Etienne Forget, le compositeur, ce projet a été une opportunité unique. « Composer pour un projet de science-fiction m’a donné l’occasion de faire quelque chose de différent. J’étais libre, il fallait juste faire en sorte que la musique soit cohérente avec l’univers », analyse-t-il.

Des personnages complexes. L’une des clés pour une série réussie repose sur la qualité des personnages. Ceux de Missions sont assez charismatiques, à commencer par son héroïne Jeanne (Hélène Viviès), la psy du groupe assez éloignée des standards éculés du genre. Gramat (Clément Aubert) est une sorte de mâle Alpha contrarié puisque Jeanne ne le laisse pas jouer le rôle qu’on attend normalement de ce type de personnage. Dans l’équipage, on trouve aussi Basil, le gentil et l’amoureux (Côme Lanvin), le mouton noir (Jean-Toussaint Bernard) ou encore l’excentrique milliardaire (Mathias Mlekuz). On retiendra aussi l’excellent choix de Arben Bajraktaraj (acteur que l’on a pu voir notamment dans Harry Potter) pour incarner Vladimir, figure essentielle de cette aventure.

Des références précises. Missions est clairement une série qui connaît ses classiques. Dès le début, on notera un clin d’œil à Alien avec son sous-titre de l’époque le Huitième Passager. Mais en dehors de la saga initiée par Ridley Scott, qui reste l’une des influences principales de la série, on retrouve des références plus vastes à Lost, Interstellar, 2001 l’Odysée de l’espace  mais aussi au cinéma de Spielberg dont Julien Lacombe a repris certaines techniques de mise en scène (comme la caméra qui se rapproche du visage des acteurs). Et toutes ces références sont parfaitement digérées, il ne s’agit pas de faire un copier-coller sans âme. Au contraire, on sent l’influence mais la série a suffisamment de caractère pour créer son propre style.

Une suite déjà en cours d’écriture. Il n’ y a rien de plus frustrant qu’une série dont on devient fan (et objectivement Missions est vite addictive) et qui n’a jamais de fin faute d’audience suffisante. La saison 1 de Missions finit d’ailleurs sur un très intense cliffhanger. Rassurez-vous, les auteurs sont déjà en train d’écrire la suite. C’était même selon Julien… l’une des conditions sine qua none au développement du projet. La saison 2 devrait être diffusée dans un an et demi sur OCS soit une attente tout à fait raisonnable. Attention spoiler. L’équipe n’a pas révélé beaucoup d’informations sur le contenu de cette saison 2 si ce n’est qu’elle sera un peu plus centrée sur la psychologie des personnages et qu’on explorera la relation amoureuse entre Jeanne et  Simon.
Photo : © OCS

Pour vous donner une idée, vous pouvez visionner le premier épisode en intégralité et gratuitement ci-dessous.


MISSIONS – Episode 1 en intégralité (VF… par OCS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *