Category Archives: Chroniques

Critique : Au revoir là-haut, d’Albert Dupontel

Albert Dupontel n’a jamais rien fait comme les autres. Du moins dans le cinéma français. Et on l’en remercie. Pour cette première adaptation de sa carrière de cinéaste, Dupontel réussit un pari fou : respecter l’esprit du très joli livre de Pierre Lemaître tout en imposant un univers visuel et graphique très personnel. Du grand art.

Critique : Wind River, de Taylor Sheridan

Dans une réserve indienne du Wyoming, le corps sans vie d’une jeune fille est retrouvé dans la neige. Une jeune agent du FBI est dépêchée sur place. Elle va faire équipe avec le pisteur local pour élucider ce mystère. Le pitch de Wind River est accrocheur. Et en mêlant contexte social et trame policière, Taylor Sheridan (scénariste de Sicario et Comancheria) signe un polar efficace perdu dans l’immensité de la nature sauvage.

Critique : Seven Sisters, de Tommy Wirkola

Dans un monde futuriste surpeuplé, la politique de l’enfant unique rend illégal les naissances multiples. Dans cette tyrannie sociétale, des septuplées vivent en cachette. Pour passer inaperçues, elles se partagent une identité unique en sortant chacune un jour différent de la semaine. Avec ce pitch original et son univers orwellien rappelant autant Soleil Vert que Bienvenue à Gattaca, Seven Sisters a le mérite de se démarquer des productions de SF actuelles. Mais Tommy Wirkola spécialiste des séries B fantastiques (Dead Snow, Hansel et Gretel chasseurs de sorcières) a-t-il les épaules pour tenir sur la longueur ? Pas complètement.

Critique : The Circle, de James Ponsoldt

Et si ? Et si la vie privée n’existait plus ? Le cinéma d’anticipation est plein de ces possibilités technologiques ou sociétales dont le développement va transformer notre monde. Souvent pour le pire. Avec The Circle, adapté du roman éponyme de Dave Eggers, James Ponsoldt (The Spectacular Now) nous plonge au cœur d’une entreprise 3.0, temple du cool qui n’est pas sans rappeler le roi de l’internet : Google. Notre billet d’entrée dans les coulisses de cette société tentaculaire se nomme Mae (Emma Watson) une jeune femme qui rêve de trouver sa place dans cet univers. Elle va apprendre qu’il faut toujours se méfier de ce que l’on souhaite…

Critique : Love Hunters, de Ben Young

Années 80. Dans une petite ville australienne, une adolescente rebelle est enlevée par un couple de prédateurs sexuels. La jeune Vicki comprend vite qu’elle n’a qu’une solution pour s’en sortir : exploiter les failles de la femme. Avec un pitch pareil, Ben Young tient le thriller de votre été. Son secret ? Jouer avec les codes actuels, ne jamais tomber dans l’horreur et parler des amours abusives. Jolie leçon de cinéma.

Critique: The Last Girl, de Colm McCarthy

Le film de zombies a besoin de renouveau. Romero y voyait une métaphore politique et sociale sur la société de consommation. Les Walking Dead préfèrent se concentrer sur l’adrénaline. Mais au final, les lois de la gravité narrative « zombiesque » restent immuables : survivre dans un environnement hostile. Avec The Last Girl- La Fille qui avait tous les dons, Colm McCarthy, et Mike Carey l’auteur du roman original, semblent vouloir modifier le paradigme. En voilà une bonne idée

Critique : Pirates des Caraïbes 5 : la Vengeance de Salazar, de Joachim Rønning, Espen Sandberg

Sorti en 2003, le premier Pirates des Caraïbes fait déjà presque figure de divertissement vintage. Un temps où l’aventure l’emportait sur la preawarness* et les adaptations en série de super héros. Aujourd’hui dans un monde saturés de grosses productions globalisantes, comment la franchise Disney peut elle trouver un nouveau souffle ? Réponse en assumant une narration joyeuse et son esprit d’aventure.

Critique : Noma au Japon, de Maurice Dekker

Saviez-vous que chaque année, un restaurant est désigné comme étant le meilleur établissement du monde ? Cet insigne honneur a été attribué plusieurs fois à Noma, un restaurant de Copenhague au Danemark. Toutefois pas question pour René Redzepi, son chef, de se reposer sur ses lauriers. Ce passionné s’est lancé un défi de taille : aller ouvrir une annexe éphémère de Noma au Japon. C’est cette aventure palpitante que nous raconte le documentaire de Maurice Dekker.

Critique : The Young Lady, de William Oldroy

Si on devait résumer l’univers de The Young Lady en une phrase, on pourrait dire que c’est un peu comme si Shakespeare rencontrait Emilie Brontë. Deux références littéraires dont le britannique William Oldroy s’empare avec autant d’emphase que de modernité. Il faut dire que cette histoire de jeune épouse laissée pour compte par son mari et qui va s’amouracher du palefrenier comprend les bases de la tragédie classique à l’anglaise. Mais c’est un faux semblant. Car le film est en réalité une adaptation de Lady Macbeth du District de Mtsenk, un livre de Nicolaï Leskov qui raconte l’histoire de la première tueuse en série de la littérature russe. 

Critique : Logan, de James Mangold

Le film de super-héros est devenu un genre à lui tout seul. On a eu droit aux origine story, aux sharing universes, au reboot et autres spin off. Avec Logan, James Mangold (qui avait déjà signé le précédent Le combat de l’immortel) vient d’inventer « le requiem story ». Où comment permettre à un personnage aimé de tous, le mythique Wolverine, de raccrocher les lames avec classe et panache. Et pas mal de têtes coupées…