CEFF 2016 : Loving, de Jeff Nichols (Film d’ouverture)

La 5e édition du Champs Elysées Film Festival se tient du 7 au 14 juin dans les cinémas de la plus belle avenue du monde. Chaque jour, Lost in Universes revient sur un film découvert durant la semaine. Aujourd’hui, le film d’ouverture : Loving de Jeff Nichols.

De quoi ça parle ? Virginie, 1958. Mildred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier. Rien d’anormal. Sauf qu’il est blanc et qu’elle est noire et que les lois ségrégationnistes s’appliquent encore aux Etats-Unis. Sommé de quitter l’Etat, le couple obéit mais va finir par porter l’affaire devant les tribunaux.

Ce que Lost in Universes en a pensé. Décidément Jeff Nichols est un réalisateur délicat. Après son Midnight Special, parabole fantastique sur la différence et la filiation, le voici qui s’attaque à un monument de l’histoire américaine : la lutte pour les droits civiques. En suivant l’histoire des Loving, premier couple mixte à avoir fait valoir ses droits devant la justice, on pourrait s’attendre à un film exalté et idéaliste. Il n’en est rien. Car Nichols préfère la pudeur à l’héroïsme.

Loving est donc un film qui prend son temps. La caméra se pose sur ces deux héros, sans jamais les lâcher ou presque. Nichols nous montre l’amour et pas le combat. C’est à peine si l’on perçoît dans le regard des époux, un sentiment d’inquiétude ou d’incompréhension. Le cinéaste évite donc les passages obligés du genre. Tout dans la mise en scène tend vers cette une extrême délicatesse comme si le cinéaste ne voulait surtout pas trahir la vérité de ces deux êtres.

Toutefois ce cocon empêche le spectateur d’être totalement dans l’émotion brute. Il faudra attendre les derniers instants du film pour que tous ses sentiments contenus finissent enfin par céder. C’est un peu long. Nichols ne tente jamais non plus de faire un parallèle avec le reste de la lutte pour les droits civiques. Ni de raconter la réalité de la vie des noirs Américains. En faisant ça, il empêche le film de prendre une ampleur universelle.

Pourtant, ça n’empêche pas Loving d’être un film puissant. Il faut juste lâcher prise et se laisser porter par ses deux acteurs formidables. Joel Edgerton (Strictly Criminal, Life), tout en force virile, et Ruth Negga (Agents of S.H.I.E.L.D, Preacher), dont le regard illumine le long métrage, magnétisent la pellicule. Et ils n’ont pas besoin de faire dans l’excès pour ça. Jeff Nichols s’affirme définitivement comme un réalisateur subtil.

Ça sort quand ? Aucune date de sortie française pour l’instant. Mais le distributeur présent à la projection a fait savoir que le film sortirait en fin d’année aux Etats-Unis pour avoir sa chance dans la course aux Oscars. En France, une sortie en janvier 2017 est probable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *