Critique : 2 Guns, de Baltasar Kormákur

L’indéniable avantage des films dont on n’attend rien et que l’on va voir par désoeuvrement en attendant un « bon » film, c’est que par définition, ils ne peuvent décevoir. Dans le meilleur des cas, ils sauront même agréablement surprendre le spectateur égaré. C’est le cas avec 2 Guns.

Au départ, deux trafiquants à la petite semaine qui ne s’aiment pas trop braquent une banque à la frontière mexicaine. A l’arrivée, deux frères d’armes qui jouent les justiciers. Entre-temps, explosions, trahisons, millions de dollars, Impala, taureaux, poulets et donuts sont de la partie… Respectivement joués par Danzel Washington (American Gangster, Flight) et Mark  Wahlberg (Lovely Bones, la Nuit nous appartient), ces deux loosers s’avéreront l’un comme l’autre avoir plus d’envergure que l’on ne pouvait le soupçonner. Les dialogues sont enlevés, le scénario pas inintéressant (puisqu’il montre comme les Machete de Robert Rodriguez ou les séries du moment Sons of Anarchy, The Bridge, les divers trafics des gangs, des cartels et de la CIA à la frontière mexicaine)… Les acteurs prennent visiblement du plaisir à jouer et le spectateur ne boudera pas son plaisir. D’autant qu’il appréciera de retrouver Edward James Olmos (Dexter, saison 6) en Papi Greco et  la ravissante Paula Patton (Mission Impossible : Protocole fantôme) en irrésistible garce.

Au total ce buddy movie se laisse regarder sans problème même si le réalisateur islandais avait été bien plus inspiré l’an dernier avec Contrebande dont le rôle titre était tenu par le même Mark Wahlberg. Du coup, on regrette de ne pas avoir vu Survivre, l’histoire d’un marin perdu des heures durant dans l’océan. On se rattrapera en ne ratant pas son Viking l’année prochaine…

Laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *