Critique : A Bigger Splash, de Luca Guadagnino

Certains films appartiennent totalement à leur époque. La Piscine de Jacques Deray est un classique dont l’aura tient encore aujourd’hui grâce à la présence magnétique de Romy Schneider et d’Alain Delon. Luca Guadagnino (Amore) est sans doute un grand fan de ce long métrage dont il s’amuse clairement a reprendre certains plans. Mais en le transposant de nos jours, ce qui faisait le sel et le charme du film originel s’est dissout dans le chlore de la piscine…

Remake. Quatre corps dénudés autour d’une piscine, la trame originale n’a pas changé ou presque. Marianne (Tilda Swinton) et Paul (Matthias Schonaerts) passent des vacances loin de l’agitation sur une petite île italienne. Célèbre chanteuse rock, Marianne essaie de se remettre d’une opération des cordes vocales quand un ex-amant (Ralph Fiennes) les rejoint accompagné de la fille illégitime (Dakota Johnson), qu’il vient de découvrir. La ronde des sentiments commence à valser.

Presque. Certes, on comprend que Luca Guadagnino tente de capter une ambiance, une atmosphère. Il essaie de filmer le désir mais aussi la langueur de l’été. Sauf qu’il étire un peu trop son récit et balance sa caméra de manière trop irrégulière pour nous captiver vraiment. On saisit bien de temps en temps une référence mais elles restent bien trop anodines pour que l’hommage soit intéressant. Même la tension qu’il installe façon Patricia Highsmith ne nous captive pas vraiment. Tout simplement parce que les enjeux sont trop flous et les personnages trop superficiels.

Ballet. Heureusement pour nous faire tenir pendant deux heures, Guadagnino a un argument de charme : son quatuor d’acteurs. Leurs valse amoureuse et hésitante autour des eaux bleux de la piscine n’a du sens que parce que chacun a le talent suffisant pour embraser la pellicule. La partition musicale est aussi réussie passant des standards rock à des morceaux instrumentaux dissonnants, elle donne une certaine personalité à l’image. Enfin, le spectateur pourra également se consoler sur la beauté des paysages. A défaut d’avoir assisté à un grand moment de cinéma, ce décor donne de sacrés envies d’évasion.

Marianne

Le film en bref : Un remake évanescent de La Piscine de Jacques Deray, sauvé de peu par son quatuor d’acteurs impeccables.


Photo : © Studio Canal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *