Critique : A Ghost Story, de David Lowery

Sur l’affiche de A Ghost Story, on voit un fantôme dans sa pure expression enfantine (un drap blanc avec deux trous béants au niveau des yeux). Cette représentation spectrale épurée sur un fond noir n’est pas le présage d’un film d’horreur, comme certains spectateurs égarés dans les salles ont pu le penser. Au contraire, cette affiche annonce un long métrage antispectaculaire dont le principal argument est le temps qui passe. Amateurs de frissons et de jumpscares, on vous invite à passer votre chemin. Mais si certains d’entre vous sont prêts à sortir de leur zone de confort, alors le voyage poétique de David Lowery vous attend patiemment.

Après la vie. Un couple coule des jours heureux dans une maison de banlieue, même si la nuit il entend parfois des bruits étranges. Un jour, l’homme meurt dans un accident de voiture. Il revient sous forme spectrale et devient le spectateur silencieux de la vie de sa femme. Malgré ce pitch énigmatique A Ghost Story n’est pas à proprement parler un film sur le deuil, il s’agit plutôt d’un voyage métaphysique sur l’existence.

Distorsion du temps. David Lowery propose une narration temporelle unique. Au début du film, le temps semble éternel et s’écoule lentement puis s’accélère petit à petit  pour nous faire voyager dans un futur tentaculaire. Le passé, le présent et le futur se joignent alors dans une boucle temporelle fascinante. La mise en scène élégiaque de Lowery nous plonge dans un mélange de mélancolie existentielle puissante même si elle met un peu de temps à se déployer.

Néocontemporain. Ce faux naturalisme est sans doute le secret du long métrage. Une simplicité qui détruit, en apparence, tout ce que le cinéma fantastique a construit en termes d’apparition fantomatique. Mais ce retour aux sources filmiques n’a rien d’une purge formelle, il s’agit simplement d’explorer le sens de la vie derrière un drap blanc. David Lowery va sans doute décontenancer plus d’un spectateur mais ceux qui auront le courage de se laisser porter pourraient bien être transcendés par la tristesse de ce fantôme.

Marianne

Le film en bref : A Ghost Story est un voyage métaphysique et existentiel sur le temps qui passe. David Lowery ose l’expérience temporelle pour nous faire réfléchir sur nous-même. Ça ne plaira pas à tout le monde mais ça serait dommage de ne pas s’essayer au voyage.

Photo : © Universal Pictures International France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *