Critique : Alabama Monroe, de Felix Van Groeningen

Alabama Monroe (The Broken Circle Breakdown), c’est avant tout l’histoire d’une passion. Celle de Didier et Elise. Entre le chanteur de bluegrass country et la tatoueuse, l’alchimie est palpable instantanément. De cette union rock’n’roll naîtra une petite Maybelle. Un peu trop tôt. Mais ce n’est pas grave. Ce qui est grave, c’est le cancer dont souffre la petite fille.

Avec un pitch pareil, difficile pour Felix Van Groeningen d’éviter le pathos ou les excès mélodramatiques. Inutile de le nier, Alabama Monroe n’est pas une franche partie de rigolade. Pourtant malgré cette thématique douloureuse, on ne ressort pas de cette histoire anéanti car le réalisateur préfère la vie à la mort. Sa narration en deux actes nous impose assez rapidement la tragédie pour mieux remonter le temps à chaque fois. Des flash-backs en forme de poème visuel reviennent sur les moments forts de cette histoire. Cette chronologie éclatée est la vraie force de ce long métrage. Toutes ces scènes du quotidien, faites de premières fois, de disputes, de dîners de noël et de soirées d’anniversaire fourmillent d’une énergie scintillante. Une intensité si accrocheuse qu’elle nous ferait presque oublier le drame, implacable, qui nous attend.

Les scènes musicales, lumineuses et inspirées, jouent presque un rôle de sas de décompression. Théâtrales et magnifiquement filmées, elles viennent joliment agrémenter cette chronique amoureuse douce amère. Johan Heldenbergh et Veerle Baetens portent ces personnages iconoclastes de bout en bout, sans jamais faillir sous le poids du mélodrame.

Certains pourraient reprocher au film cette propension à en faire légèrement trop par moment. Lost in Universes ne le pense pas car n’est-ce pas le propre du cinéma d’en faire toujours un peu trop ? Toutefois, nous déplorons quelques longueurs et surtout cette fin douloureuse qui enferme le film dans le drame, alors que pendant près de deux heures, Felix Van Groeningen nous a, au contraire, offert un hymne à la vie.

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *