Critique : Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

©Universal Pictures International France

Après un western crépusculaire (True Grit) et un drame sur un looser magnifique (Inside Llewyn Davis), les frères Coen reviennent à l’un de leur genre de prédilection : la comédie déjantée. Ave, César! (Hail Caesar!) nous plonge dans les coulisses du cinéma hollywoodien des années 50. On y suit les aventures mouvementées de Eddie Mannix (Josh Brolin) chargé d’éviter scandales et autres dérapages qui terniraient l’image des studios. Un pur régal d’écriture.

Une satire réjouissante. On le sait, question décorum le génie des frères Coen n’est plus à démontrer. La reconstitution des studios hollywoodiens des années 50 volontairement flamboyante est magique. Surtout que les deux cinéastes ont eu la bonne idée d’ajouter une ambiance de film noir, genre qui faisait les beaux jours du cinéma américain à l’époque. Entre les acteurs mégalos, la suspicion communiste, les journalistes mondaines et les starlettes aux cœurs d’artichaut, Eddie Mannix n’a pas le temps de s’ennuyer. Ce joyeux bestiaire est l’occasion pour les Coen de tricoter une jolie satire sur les coulisses de cet âge d’or hollywoodien. Les scènes se déroulant sur les plateaux sont les plus jouissives, pleines de cet humour décalé dont les deux frères ont le secret.

Un propos nébuleux. Pourtant même si certaines séquences sont particulièrement savoureuses et que les acteurs ne ménagent pas leurs efforts pour nous séduire, la sauce ne prend pas complètement. Comme si les deux frères n’avaient pas réussi à recentrer leur sujet. Si on saisit bien la douce ironie des situations, on aurait aimé que le propos soit plus percutant ou que le scénario creuse le sillon de la métaphore avec la situation actuelle.

Un casting pétillant. Heureusement pour donner vie à cette faune hollywoodienne rétro, les cinéastes ont embauché le gratin du cinéma américain actuel. George Clooney (A la pousuite de demain) y campe, une fois de plus chez les Coen, un idiot de première classe. A ses côtés on trouve les toujours très classes Josh Brolin (Sicario), Tilda Swinton (The Grand Budapest Hotel) et Ralph Fiennes (Spectre), les stars glamours du moment Scarlett Johansson (Avengers) et Channing Tatum (Magic Mike XXL) et enfin la nouvelle garde avec Aldan Ehrenreich (Blue Jasmine). Soit un casting cinq étoiles qui participe grandement au plaisir que l’on prend devant cette comédie.

Marianne

Le film en bref : Les frères Coen reviennent enfin avec une comédie absurde dont ils ont le secret. Si les scènes qui rendent hommage au Hollywood de l’âge d’or sont aussi sompteuses que croustillantes, on aurait aimé que les Coen poussent plus loin la satire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *