Critique: Brimstone, de Martin Koolhoven

Le western est peut-être un genre moribond mais il inspire encore les réalisateurs contemporains. Pour son premier film américain, le néerlandais Martin Koolhoven a décidé de s’emparer des codes du genre pour mieux les réinventer. Ainsi il fait de Brimstone un western raconté d’un point de vue féminin. Un renversement de paradigme qui est l’un des points forts de ce long métrage porté par une Dakota Fanning impériale. 

Western au féminin. Brimstone est sans surprise une histoire de vengeance. Ici un bad guy, particulièrement vicieux, tente de se venger d’une jeune femme qui a refusé de se soumettre à ses désirs. Le long métrage prend le temps de s’interroger sur la condition des femmes à la fin des XIXe siècle. Epouse soumise, prostituée ou future mère, elles doivent toutes respecter une seule loi : celle des hommes. Ce thème assez rarement traité dans le western donne à Brismtone une vraie valeur politique.

Faux chausse-trappe. Malheureusement Brimstone souffre également d’un défaut de taille : son scénario est bien trop prévisible. Pourtant la narration divisée en quatre parties et qui fait un chassé croisé dans le temps pour mieux brouiller les pistes est un parti pris intéressant. Mais l’histoire se contente d’enchaîner les rebondissements ultra  » téléphonés « .  Au final, le long métrage ressemble presque plus à un film d’horreur qu’à un western.

Vraie ambiance. Martin Koolhoven a par contre pris le temps de soigner son esthétique et propose une véritable atmosphère qui frôle avec le fantastique. Ce n’est pas forcément bien exploité au sein de l’histoire mais visuellement l’univers du film est une réussite, avec plusieurs séquences d’une réelle beauté plastique. Le casting, de Elle Fanning à Guy Pearce en passant par Kit Harington et Carice Van Houten, participe grandement au charme que dégage malgré tout ce Brimstone.

Marianne

Le film en bref : Un western au féminin qui pâtit d’une histoire trop prévisible mais qui profite d’un vrai parti pris esthétique proche du cinéma fantastique. Le casting est impeccable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *