Critique : Dallas Buyers Club, de Jean-Marc Vallée

1985 aux Etats-Unis. Le sida fait chaque année de plus en plus de victimes. Les hôpitaux sont à la recherche du traitement miracle. Au Texas, le cow-boy Ron Woodroof est diagnostiqué séropositif. Il ne lui reste plus que trente jours à vivre. A moins que…

Qu’est-ce qui rend une histoire vraie suffisamment intéressante pour la porter sur grand écran ? Qu’est-ce qui transforme des citoyens du quotidien en héros de cinéma ? C’est justement le « à moins que ».  Mais pas seulement. Car à Hollywood, les histoires vraies se doivent de mettre en valeur les self made men, d’exalter le rêve américain. Bref, de prouver qu’avec un peu de détermination rien n’est impossible.

Avec Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée fait un peu de résistance. Certes, Ron Woodroof a défié la mort elle-même. Mais il n’était pas un héros dans le sens traditionnel du terme. C’était un Texan pur jus, aux mœurs légères, accro à la coke et homophobe. Pire, il s’est rebellé contre l’establishment de la santé US et a aidé d’autres malades mais il en a tiré profit. Il aurait été facile pour le cinéaste de C.R.A.Z.Y. de gommer ces travers. De faire de Dallas Buyers Club un film larmoyant sur le dépassement de soi. Il n’en est rien.

Jean-Marc Vallée mise au contraire sur une certaine forme de réalité âpre et fragile. Il réussit à capter l’urgence de vivre. Mais ce n’est pas au travers de sa mise en scène, fonctionnelle et sage, qu’il y parvient. Tout repose sur le développement des personnages. Petit à petit, sans que l’on y prenne gare, l’émotion s’invite. Le Redneck texan se mue en pourfendeur de système.

Matthew McConaughey (Mud, True Detective, le Loup de Wall Street) et Jared Leto (Requiem For a Dream, Mister Nobody) livrent tous les deux une prestation exceptionnelle. Amaigris (certaines séquences sont difficiles à regarder), méconnaissables, ils incarnent chacun la moitié d’un duo improbable. Différents et pourtant tellement humains. L’Oscar se profile…

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *