Critique : Dark Skies, de Scott Charles Stewart

Comme pour Lost in Universes, X Files de Chris Carter a été l’une de vos séries fétiches ? Alors vous ne pourrez que succomber au charme vénéneux de Dark Skies. Ce film est comme un épisode perdu de la série dans lequel Fox Mulder et Dana Scully oublieraient de venir enquêter. Ou comme le début d’une dixième saison dans laquelle les aliens n’auraient finalement pas colonisé la Terre le 22 décembre 2012 comme prévu.

Bref, malheureusement, absolument rien de nouveau à entrevoir dans la lumière bleutée des Grays toujours obsédés par leurs impitoyables tortures expérimentales. Si bien que le film se résume pour beaucoup à des séquences étranges où les personnages sont perdus dans le labyrinthe d’un rêve « réel » et à son casting impeccable : Keri Russell en mère paniquée (l’espionne venue du froid de la série The Americans), Josh Hamilton en père dépassé (The Good Wife), J. K. Simmons en vieux chasseur d’aliens vaincu (l’inoubliable Vern Schillinger de Oz). Le film évoque de façon assez réussie le monde trouble de l’adolescence et le jeune Dakota Goyo (Thor, Real Steel) qui interprète le plus grand des deux fils est excellent dans ce rôle. Comme l’ambiance est essentielle à l’histoire, c’est vraiment dommage (et horripilant) que la bande annonce ait révélé tant d’éléments cruciaux du film.

Malgré ses qualités indéniables, Dark Skies aurait largement gagné à introduire quelques idées novatrices et à développer sa mythologie. Et si la cruelle scène finale est poignante dans sa simplicité, on ne peut s’empêcher de penser que l’on n’a pas vu un long métrage mais le pilote d’une série prometteuse qui vient à peine de trouver ses marques. Le vrai bon point : pour une fois, la famille n’est pas présentée comme le rempart absolu comme le Mal.

Pour en savoir plus : darkskiesfilm.tumblr.com

Laurence

A noter :  bizarrement le titre reprend celui d’une série de 1996, créée par Bryce Zabel et Brent V. Friedman, qui traite également du thème de la colonisation de notre planète par les extra-terrestres mais de façon totalement différente. Bien que pas inintéressante, elle est plutôt tombée dans l’oubli. Ressortie en DVD dans son intégralité il y a peu chez Antler Subway, elle vaut d’être regardée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *