Critique : Dragons 2, de Dean DeBlois

En 2014, les Dragons sont les rois. Le trio infernal de Game of Thrones, les créatures géantes de Godzilla , sans oublier le retour du terrible Smaug dans le Hobbit à la fin de l’année… ils sont partout. Même dans le cinéma d’animation. Pour célébrer ses 20 printemps,  Dreamworks nous offre la suite des aventures de Harold et Krokmou. Présenté en grande pompe lors du dernier festival de Cannes, le long métrage de Dean DeBlois est une petite pépite estivale.

Après un premier épisode grandiose, le risque était grand pour le studio de décevoir ses fans. Il n’en sera rien. Ne vous fiez pas à sa scène d’introduction aérienne un peu fatigante pour les yeux, car dès que la caméra se pose sur Harold et Krokmou, Dragons 2 trouve naturellement son rythme. Celui d’une œuvre épique mais traversée par des enjeux profondément humains.

Après le père dans le premier volet, ici c’est la mère que notre héros et son double d’écaille devront affronter.Quelle audacieuse idée, rare dans le monde de l’animation, d’avoir situé l’action de cette suite 5 ans après les événements du premier. Nos héros ont grandi et les problématiques qui les accompagnent aussi. Dean DeBlois réussit l’exploit de mêler un propos politique et écologique à une imagerie poétique sans faille. Sans oublier l’humour, élément incontournable de l’ADN des studios Dreamworks, qui est en grande partie réservé aux personnages secondaires. Ces derniers hauts en couleur participent grandement au succès du long métrage.

La réalisation avide d’espace nous fait vivre des sensations dignes d’un simulateur de vol. Difficile de choisir une scène plus planante que les autres, mais la séquence dans laquelle Harold et Krokmou revisite le fameux  » laisse-toi tomber en arrière, je te rattrape  » est certainement la plus émouvante.

Un petit reproche tout de même. Il manque un soupçon de romantisme à cette histoire. Mais comme un numéro trois est déjà annoncé, à Lost in Universes on prend le pari que cette dimension sera développée dans le prochain opus.

Marianne

Photo : ©20th Century Fox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *