Critique : Exodus, Gods and Kings de Ridley Scott

La Bible fait son grand retour à Hollywood. Après la version Shining de Noé, voici une nouvelle mouture rutilante des 10 commandements. Je sais.  Mais après tout, les grandes histoires sont faites pour être racontées éternellement. En plus, c’est un certain Ridley Scott qui est derrière les manettes. Le spectacle de ce Noël 2014 promet donc d’être étincelant.

Le cinéaste étant passé maître dans ce genre de tragédie épique (Gladiator, Kingdom of Heaven…), le spectateur aura son quota de courses de chevaux au galop, de scènes de foules désespérées et de drames familiaux. Sans aucun doute, les 10 plaies de l’Egypte et l’ouverture de la mer constituent des séquences cinématographiques de grande envergure.  Ne boudons pas notre plaisir, tout cela est parfaitement exécuté. Mais pour l’effet de surprise on repassera…

Car contrairement à Darren Aronofsky avec Noé, Ridley Scott ne s’autorise aucune digression ou presque. Il reste près du texte originel tout en essayant de demeurer lucide, voire pragmatique. Comme dans ces scènes où un personnage tragicomique tente d’expliquer les catastrophes qui s’abattent sur l’Egypte de manière scientifique. Exodus n’interroge que peu notre foi pour s’intéresser plutôt à l’hystérie collective. Plutôt bien vu dans cette période d’agitation religieuse…

Christian Bale (Les Brasiers de la Colère, American Bluff) campe un Moïse, tout en intériorité, s’éloignant de la prestation mythique de Charlton Heston. Avec lui l’aura du prophète est intacte. On a un peu plus de mal avec le reste du casting, entièrement caucasien ou presque. Scott l’a justifié au nom du dictat hollywoodien, mais Joel Edgerton (Gatsby), Ben Mendelsohn (Les Poings contre les murs) et cie ont beau être bons, les effets de khôl finissent pas être un peu contreproductifs.

Le manque d’ambition dans la relecture est sans doute ce qui manque le plus à cette épopée. Elle n’en reste pas moins grandiose sur un grand écran.

Marianne 

Photo : © 2014 Twentieth Century Fox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *