Critique : Into the Woods, de Rob Marshall

Il était une fois… Les contes de fées sont immortels. De la série Once Upon a Time aux diverses adaptations ciné (Maléfique, La Belle et la Bête et bientôt Cendrillon de Kenneth Branagh), Hollywood remet au goût du jour les figures légendaires de notre enfance. Avec Into the Woods, comédie musicale made in Broadway, la relecture se révèle aussi décalée que régressive.

L’intrigue est lapidaire. Quelque part dans les bois, les héros des contes les plus célèbres vont se croiser pour le meilleur et pour le pire. Les décors sont théâtraux. Les costumes sont rutilants. Et grâce à la magnifique musique de James Lapine et Stephen Sondheim, il suffit de quelques notes pour être projeté dans le rythme entraînant du long métrage. Une vraie meringue !

Toutefois méfiez-vous des apparences. Et des souhaits que vous faites. Car derrière cet univers coloré, le spectateur va vite découvrir que les héros traditionnels ont un peu de plomb dans l’aile. Cendrillon ne sait pas vraiment ce qu’elle veut. Le petit chaperon rouge est une petite peste. Et le loup a clairement des faux airs de satire (même s’il a les traits du caméléon Johnny Depp).

Ce méli-mélo enchanté prend en réalité un malin plaisir à jouer avec les attentes du public, n’hésitant pas à détourner les codes les plus élémentaires. Une des scènes les plus savoureuses est par exemple la rencontre des deux princes charmants, prisonniers de leur costume pompeux et de leur statut d’homme parfait. Il faut une bonne dose de recul à Chris Pine pour réussir cette séquence sans tomber dans le ridicule premier degré.

La sucrerie de Disney étonne même par sa dernière partie un peu plus sombre. Car elle nous guide là où les contes ne s’aventurent jamais. Que se passe-t-il après le traditionnel « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » ? Finalement même pour les héros de contes de fées, la vie n’est pas toujours parfaite… Mais peu importe, ils continueront de chanter dans les bois tous ensemble en attendant des jours meilleurs.

Marianne

Photo : © Walt Disney Pictures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *