Critique : Les Amants du Texas, de David Lowery

Avec sa photographie somptueuse, sa dominante chromatique automnale et son histoire d’amour criminelle contrariée, Les Amants du Texas (Ain’t Them Bodies Saints) emprunte clairement une grande partie de sa symbolique au cinéma de Terrence Malick. Il y a pire comme référence. Mais David Lowery ne se contente pas de copier, il crée son propre sillon. Un sillon tout aussi élégiaque que celui de l’auteur de Tree of Life et A la merveille, mais aussi plus terre-à-terre.

Il filme avant tout l’errance amoureuse de deux êtres, séparés par la prison mais aussi par le temps. Suite à un casse qui tourne mal, Bob (Casey Affleck) et Ruth (Rooney Mara, Effets secondaires), amoureux fous, sont arrêtés. La demoiselle enceinte échappe à la case prison. Bob aura moins de chance. De là naîtra une relation épistolaire, traduite à l’écran par une voix off laconique et poétique. Quand le cow-boy s’échappe, rien ne va plus. La caméra se resserre sur Ruth, devenue une mère en proie au doute. Une problématique romanesque typique, dont l’issue ne fait rapidement aucun doute et qui peine à sortir de son cadre trop classique.

Ce n’est donc pas de ce côté-là qu’il faut chercher l’âme de ce long-métrage. En ancrant ses personnages au cœur du Texas, le cinéaste tente de capter une réalité racée façon western contemporain. L’action est concentrée dans une petite bourgade américaine, où les voisins se connaissent tous et où le bar et l’église font figure de piliers de la communauté. Le shérif (Ben Foster, bientôt dans Kill Your Darlings, tout en force tranquille) est le garant de leur sécurité. Le hors-la-loi menace cet équilibre. Et les chasseurs de prime ont pignon sur rue…

Même les décors naturels participent à ce voyage dans le temps. En quelques plans larges d’une beauté incomparable, David Lowery capture l’essence picturale de cet état américain. Les paysages désertiques et les champs de blé brillent comme les plus belles toiles de Van Gogh ou de Vermeer. Magnifique.

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *