Critique : Love Hunters, de Ben Young

Années 80. Dans une petite ville australienne, une adolescente rebelle est enlevée par un couple de prédateurs sexuels. La jeune Vicki comprend vite qu’elle n’a qu’une solution pour s’en sortir : exploiter les failles de la femme. Avec un pitch pareil, Ben Young tient le thriller de votre été. Son secret ? Jouer avec les codes actuels, ne jamais tomber dans l’horreur et parler des amours abusives. Jolie leçon de cinéma.

Le temps de la mise en scène. Ben Young prend son temps. Cela peut sembler simple comme stratégie de mise en scène. Mais dans une époque saturée par des montages ultrarapides et des explosions saccadées, le pari est plus qu’intéressant. Surtout que le cinéaste s’amuse même à étirer certaines séquences dans des ralentis aussi graphiques qu’inquiétant. Cette technique permet d’amplifier l’importance de l’instant présent et nous rappelle que tout se joue en un instant.

Suggérer plutôt que montrer. Malgré la noirceur de son propos, Ben Young évite de tomber dans la surenchère éprouvante et de répondre aux codes actuels de l’ultraviolence. Dans Love Hunters, une porte qui se ferme, un cri déchirant et une trace de sang suffisent à nous faire vivre le cauchemar de Vicki. Pas besoin des détails chers au cinéma d’horreur ou à Michael Haneke. L’imagination est souvent l’arme la plus efficace.

Une double héroïne. Narrativement, Love Hunters développe une intrigue en miroir construite autour d’une double héroïne. Vicki est la victime combattante, mais c’est surtout Evelyn, femme amoureuse et abusée qui va devoir apprendre de cette situation. On peut ajouter à ce plaidoyer sur la fascination amoureuse et ses dérives, une réflexion intéressante sur l’humiliation sociale qui explique la perversion du couple. Enfin, le scénario malin et astucieux sait parfaitement ménager son suspense notamment lors d’un final intense.

Marianne

Le film en bref : Un thriller intelligent qui prend son temps pour mieux prendre dans sa toile le spectateur. Eprouvant psychologiquement mais ne tombant jamais dans les facilités du genre horrifique, Love Hunters est un brillant jeu de manipulation qui s’interroge sur les femmes abusées.

Photo :© UFO Distribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *