Critique : Machete Kills, de Robert Rodriguez

Amateurs de second degré sanguinolent, vous allez être servis.Vous adorerez ou vous détesterez : car Machete Kills ne fait pas dans la demi-mesure. Soyez prévenu : faire dans la dentelle, ce n’est aucunement l’intention de Robert Rodriguez. Alors soit vous rentrerez de plain-pied dans cette jouissive parodie de série B sublimée jusqu’au délire, soit vous fuirez la salle de cinéma en prenant vos jambes à votre cou, horrifié par tant de vulgarité et de bêtise.

Reprenant au départ les problèmes de la frontière mexicaine comme le premier opus Machete (une tendance forte du moment), Machete Kills sait utiliser sans finesse tous les registres de la série B : un président américain blanc, une Miss San Antonio caricaturale, un révolutionnaire mexicain à personnalités multiples, un tueur insaisissable, une floppée de jolies filles plus ou moins dénudées… personne ne manque à l’appel.

Rapidement, Rodriguez prend ensuite un virage plus SF avec un Mel Gibson totalement allumé en visionnaire fou. Lady Gaga fait des étincelles, Michelle Rodriguez (Lost, Resident Evil) est toujours à la hauteur, et même si c’est trop brièvement Walton Goggings (LincolnDjango Unchained, The Shield) épate. Mais le plus surprenant est la formidable prestation de Demian Bichir (Che, Savages, The Bridge, les Flingueuses) en Mendez tour à tour assassin tyrannique, agent infiltré et leader charismatique. Le Mexicain vole la vedette à Danny Trejo (Sons of Anarchy) avec aisance dès qu’il apparaît à l’écran et réduit le charisme et la taille de Machete à nada, ce qui n’est pas un moindre exploit.   

Pour que son délire puisse voir le jour, Robert Rodriguez a été à la fois scénariste, producteur, réalisateur et même monteur. Il se montre par ailleurs très fier, et à juste titre, que Machete Kills soit un film 100 % indépendant. Vivement que ce trouble maker (fauteur de troubles, nom donné à ses studios) donne le jour à Machete Kills in Space ! 

Laurence

Bon à savoir : A Lost in Universes, on attend avec impatience la sortie de ses films pour enfants Spy Kids 4: All the Time in the World et Short, de son Two Scoops avec ses soeurs chasseuses de monstres et surtout de son nouveau Sin City : a Dame To Kill For. Infatigable, Rodriguez planche également sur sa première série télé, inspirée d’Une Nuit en enfer. Elle est destinée à la chaîne El Rey, un Network qui devrait commencer à émettre en 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *