Critique : Mr Wolff, de Gavin O’Connor

Ben Affleck est très occupé. D’un côté,  il s’active derrière la caméra (on attend avec impatience son hommage au film noir Live by Night en janvier 2017) et de l’autre il doit répondre à ses différents engagements au DCverse (The Batman, Justice League, Suicide Squad…). Mais entre deux enfilages de costumes, il a pris le temps de jouer dans Mr Wolff, un  thriller à rebondissements signé Gavin O’Connor (Janet Got a Gun, Warrior, la série The Americans).

Old fashion. Mr Wolff est le genre de thriller qui a un peu disparu des écrans. Un film qui ose prendre son temps (non, il n’y a pas une scène d’action toutes les 10 minutes) et qui joue avec quelques retournements de situations. L’intrigue de départ semble tout droit sorti d’un film d’espionnage des années 90 : un enfant autiste est devenu le comptable (The Accoutant, le titre original) des mafieux et autres trafiquants de drogue. Une jeune analyste est commissionnée pour enquêter sur ce mystérieux Mr Wolff.

L’art du twist. Mr Wolff est un film efficace dont la première partie fait monter habilement le suspense. Conçu sous forme de puzzle, comme l’esprit de son héros, le récit navigue entre la dernière mission du comptable de génie (trouver d’où provient le détournement d’argent d’une société qui fabrique des prothèses) avec des flash-back sur son passé. Mr Wolff cache un secret… dont il ne faut pas très longtemps au spectateur avisé pour comprendre la teneur. Malgré sa prévisibilité, ce twist ose changer la tonalité du long métrage et casser certains des codes traditionnels du genre. Du pur anti-cynisme qui devrait faire grincer les dents mais qu’à Lost in Universes on affectionne de temps en temps.

Des personnages à étoffer. Dommage que certains des personnages secondaires n’aient pas pu être plus étoffés comme celui de la jeune comptable (Anna Kendrick vu dans Pitch Perfect et The Voices) ou de l’analyste du FBI (Cynthia Addai-Robinson aperçu dans Spartacus et Arrow). Cela aurait donné plus d’épaisseur à la trame générale. Au final, Mr Wolff pourrait bien être l’épisode pilote d’une série à succès, on aurait juste aimé repérer un peu moins certaines de ses ficelles scénaristiques.

Marianne

Le film en bref : Un thriller divertissant et efficace qui aurait gagné à développer certains personnages secondaires et à bâtir une intrigue un peu moins prévisible. Cela n’empêche pas Mr Wolff d’être un bon film du dimanche soir.

Photo : ©Warner Bros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *