Critique : Old Boy, de Spike Lee

Remake du Old Boy de Park Chan-Wook sorti en 2003, ce polar est basé sur une intrigue épatante. Un homme est kidnappé et retenu dans une pièce pendant vingt ans sans savoir ni par qui, ni pourquoi. Lorsqu’il est relâché, le prisonnier n’a qu’une idée : trouver et tuer son bourreau. Irrésistible !

Malheureusement cet Old Boy est simplement sympathique, ce qui pour un film qui se veut torturé et pervers est loin d’être un compliment. Certains épisodes de la série Criminal Minds plongent dans des univers bien plus vicieux et plus désespérés que ce long métrage. Cela ne tient pas à l’interprétation de Josh Brolin (Gangster Squad, bientôt dans Sin City : j’ai tué pour elle et Last Days of Summer) ni à celle d’Elizabeth Olsen (Martha Marcy May Marlene, bientôt dans Kill Your Darlings et The Avengers), tous deux excellents, mais plutôt à des failles dans la conception du personnage principal. On ne saura rien de ce qui a rendu le héros alcoolique et cynique. Il est, au final, pas très sympathique et pas spécialement attachant. Mais surtout le bourreau, trop caricatural, laisse de marbre. Sharlto Copley (District 9, Elysium, bientôt dans Maléfique) n’arrive pas à  convaincre dans ce rôle presque impossible à jouer. Il aurait fallu les épaules d’un Michael Fassbender (Cartel) pour infuser de la tragédie à ce personnage.

Dernier défaut : l’intrigue. Très prenante sur le coup, elle est tout de même quelque peu tirée par les cheveux si l’on y réfléchit bien. En revanche, les clins d’oeil quasi tarantinesques à l’original coréen avec des scènes d’art martial délirantes (qui ne sont pas loin non plus de celles de Snowpiercer) valent le déplacement.

Au final reste l’envie de voir le film de Park Chan-Wook (Stoker) pour soupeser quel degré de folie dégénérée le leste.

Laurence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *