Critique : Percy Jackson : la Mer des monstres, de Thor Freudenthal

Que peut-on attendre de la suite des aventures de Percy Jackson ? Pas grand-chose malheureusement. Déjà, le premier épisode, bancal, pouvait essentiellement se vanter d’avoir un casting de seconds rôles de luxe (Uma Thurman, Pierce Brosnan, Sean Bean…). Pour le reste, le spectateur avait surtout la désagréable impression d’assister à du sous-Harry Potter, sans grand intérêt.

Dans cette suite, cette impression est toujours là. Les points communs avec la saga de J. K. Rowling sont même trop nombreux pour que cela soit une simple coïncidence : une prophétie qui hésite entre deux héros, un taxi fou à la place d’un bus fou… Ce second épisode part dans tous les sens, joue la carte du rythme mais la sauce magique ne prend vraiment jamais. Les acteurs font ce qu’ils peuvent pour essayer d’être convaincants et ce n’est pas facile, surtout quand on doit jouer un satyre ou un cyclope ! Heureusement Logan Lerman (Le Monde de Charlie et bientôt dans Noé de Darren Aronofsky s’en sort avec les honneurs.

 

Question poésie visuelle, Percy Jackson : la Mer de monstres réussit quelques jolies figures de style. Notamment avec les personnages féériques comme l’oracle momifié (il fallait y penser), une fille-arbre ou encore une créature hybride mi- dragon mi-dauphin. Les amateurs du roman et les moins de 15 ans apprécieront sûrement. Pour les autres…

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *