Critique : Premier contact, de Dennis Villeneuve

Copyright 2016 Sony Pictures Releasing GmbH

Avant de s’attaquer à la suite du cultissime Blade Runner, Dennis Villeneuve (Sicario, Prisoners) s’est essayé à la science-fiction avec Premier contact (Arrival en V.O.). Clairement plus connecté à la métaphysique (un mélange entre Rencontre du troisième type et Interstellar) que carburant à l’action spectaculaire type Independance Day, cette adaptation du roman de L’Histoire de ta vie de Ted Chiang est une petite pépite. Décidément l’espace inspire les cinéastes et c’est tant mieux !Baisser les armes. Avec cette histoire d’extra-terrestres débarquant soudainement sur terre et posant leurs étranges vaisseaux à certains points stratégiques de la planète, Denis Villeneuve navigue en terrain a priori connu :  l’invasion alien. Sauf que ce pitch, tant de fois décliné sur grands et petits écrans, prends ici une nouvelle dimension. Pour une fois, le but n’est pas l’atomisation de ces envahisseurs (du moins pas tout de suite) mais plutôt d’apprendre à communiquer avec eux.

L’art du langage. En opposant science et langage, deux domaines représentés par le duo Jeremy Renner / Amy Adams, Premier Contact tisse une métaphore filée autour du sens de la vie. Trouver la pierre de rosette qui permettra de décoder les idéogrammes de ces extra-terrestres majestueux ressemble à un jeu de piste aussi passionnant qu’intrigant. Sur l’aspect des aliens eux même, je suis plus mitigé mais en même temps leur forme participe à la poésie de ce langage qu’il faut déchiffrer.

Twist et métaphysique. Mais c’est sans doute dans sa dernière partie, quand on connait enfin les motivations de ces ET octopodes, que le film s’inscrit dans une nouvelle phase. La métaphysique vient casse les codes habituels de la narration. Le comment dépasse le pourquoi et devient ainsi la question clef. Surtout, le scénario malin déjoue certains clichés du genre (pas tous comme l’ultime fin joliment prévisible). L’espace et le temps offre une fois de plus au cinéma un océan de possibilités. On en redemande.

Marianne

Le film en bref : Un film de science fiction qui s’inscrit dans la mouvance de Rencontre du troisième type mettant en avant le pouvoir du langage et qui réserve un twist émouvant et plein de charme sur les réalités quantiques.

Photo :  © 2016 Sony Pictures Releasing GmbH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *