Critique : The Circle, de James Ponsoldt

Et si ? Et si la vie privée n’existait plus ? Le cinéma d’anticipation est plein de ces possibilités technologiques ou sociétales dont le développement va transformer notre monde. Souvent pour le pire. Avec The Circle, adapté du roman éponyme de Dave Eggers, James Ponsoldt (The Spectacular Now) nous plonge au cœur d’une entreprise 3.0, temple du cool qui n’est pas sans rappeler le roi de l’internet : Google. Notre billet d’entrée dans les coulisses de cette société tentaculaire se nomme Mae (Emma Watson) une jeune femme qui rêve de trouver sa place dans cet univers. Elle va apprendre qu’il faut toujours se méfier de ce que l’on souhaite…

Wonder and Horror. Sur le papier, The Circle s’annoncait comme un mélange entre La Firme de Sydney Pollack et The Social Network de David Fincher. Au final, il se révèle plutôt être un épisode king size de Blackmiror. La première partie est une exploration colorée de cet univers merveilleux où l’entreprise devient ta deuxième famille. Evidemment les premières fissures sous la couche parfaite de vernis pailleté ne tarde pas à apparaître.

Big Brother. Question mise en scène, Ponsoldt a opté pour une forme de sobriété teinté de modernité. Ainsi tout l’univers du film dégage une certaine monotonie naturaliste, mais le cinéaste utilise les nouvelles technologies pour réaliser certains plans comme les caméras de téléphone, les écrans d’ordinateur ou les vues de drones. Ce choix défend le propos que le cinéaste explore : les dérives des nouvelles technologies et l’avènement d’une dictature numérique qui mettrait fin à la vie privée en faveur de la soi-disant protection des individus.

Bad Timing. Malheureusement malgré toutes les questions passionnantes que long métrage aborde, il ne réussit pas à convaincre complètement. La faute à une narration qui ne joue pas son rôle habituel de galvaniseur d’émotion. Ainsi le scénario développe des personnages et ouvre des pistes qui ne seront jamais explorés amenuisant d’autant la portée du film. Dommage, il s’en ait fallu de peu pour que The Circle marque durablement son époque.

Marianne

Le film en bref : The Circle est captivant dans les questions qu’il soulève notamment sur notre dépendance aux nouvelles technologies. Mais en choisissant de ne pas respecter les codes narratifs que ce type d’histoire nécessite, le film échoue à convaincre complètement.

Photo :© Mars Films / The Circle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *