Critique : The Giver de Phillip Noyce

Y en marre. Marre qu’ Hollywood ne fasse qu’enchaîner les franchises sans âme pour ramasser des billets verts. N’allez pas croire qu’à Lost in Universes on n’aime pas les adaptations de bouquins pour jeunes adultes. Récemment la saga Hunger Games  nous a même éblouis, mais il ne suffit pas de posséder les droits d’un livre à succès pour faire un bon film. Nous en avons une nouvelle preuve cette semaine avec The Giver.

Si le récent Labyrinthe nous avait déçus pour son manque d’originalité et ses personnages fades, The Giver fait encore pire. Il creuse le sillon des bons sentiments… sans rien y attacher derrière ! Mais commençons par le début. The Giver nous entraîne dans le monde de Jonas, un monde aseptisé dans lequel toutes les émotions et tous les souvenirs de l’ancien temps ont été effacés.  Tous les membres de cette communauté vivent dans une apparente harmonie, chacun ayant un rôle spécifique à jouer. Mais Jonas est soudain désigné pour devenir le nouveau Giver, c’est-à-dire celui qui reçoit la mémoire du passé. Pour lui rien ne sera plus comme avant…

La description de ce monde froid et fonctionnel est plutôt bien faite. Le gimmick visuel qui consiste à ajouter des couleurs à l’écran en même temps que Jonas les découvre fonctionne très bien. Certaines séquences souvenirs ressemblent par moment à des tableaux impressionnistes, voire à des photos du National Geographic. Malheureusement le propos du film se résume à un discours gentillet sur le pouvoir des émotions. Aimer c’est bien, mais tuer c’est mal… Dans le genre discours lénifiant, on fait pas mieux.

Que sont donc venus faire Meryl Streep (Un Eté à Osage County), Jeff Bridges (Tron, True Grit) ou encore Alexander Skarsgård (True Blood, The East) dans cette galère ? J’imagine que sur le papier la saga de Lois Lowry avait beaucoup plus d’envergure… Seulement pas sûr que les spectateurs qui n’ont pas lu les livres aient vraiment envie de découvrir la suite des aventures de Jonas sur grand écran.

Marianne

Photo : © StudioCanal Deutschland

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *