Critique : The Nice Guys, de Shane Black (Cannes 2016)

Shane Black est un pur produit des années 80/90. Même si le grand public le connaît surtout comme étant le réalisateur de Iron Man 3 , on lui doit les scénarios de plusieurs comédies d’action sorties durant ces deux décennies. Shane Black est l’homme derrière L’Arme Fatale, Last Action Hero et Le Dernier Samaritain avec Bruce Willis. Si son premier long métrage Kiss Kiss Bang Bang (déjà avec Robert Downey Jr) jouait déjà avec cette imagerie d’une autre époque, The Nice Guys est un buddy movie assumé comme on en fait plus. Et franchement, ça fait du bien !

Los Angeles, années 70. Dès le premier plan de The Nice Guys, le décor est planté. Bienvenue dans la cité des anges à la fin des années 70. La caméra filme d’abord les lettres Hollywood complètement délabrées. Puis elle se retrouve dans une maison cosy sur les collines où un jeune garçon vole une revue porno sous le lit de ses parents. La suite, je vous laisse la découvrir,  mais dès ces premières minutes le long métrage de Shane Black prévient les spectateurs : tout peut arriver.

Buddy movie. Avec ses deux héros aussi virils que décalés, The Nice Guy s’inscrit dans la grande tradition des buddy movies. Deux êtres que tout oppose vont s’associer pour démêler le vrai du faux dans une affaire mêlant meurtres et films pornos. C’est un peu comme si Shane Black donnait une version sous acide du Dahlia Noir de James Elleroy. C’est drôle, enlevé, bien écrit, violent mais pas trop. Bref, le cocktail parfait pour un divertissement punchy.

Duo d’acteurs. Evidemment outre son intrigue improbable, mais qui fonctionne, le cinéaste a opté pour deux acteurs au charisme indéniable. Russel Crowe (Noé) d’un côté, tout en muscles et en virilité brute et Ryan Gosling (Only God Forgives) de l’autre, le looser malin qui se tire toujours de toutes les situations, même les plus délicates. Ces deux-là assurent le spectacle, nous entraînant avec panache dans leurs aventures rocambolesques. Honnêtement, on en redemande !

Marianne

Le film en bref : Le retour en force du Buddy Movie old fashionned incarné par deux comédiens de poids : Ryan Gosling et Russel Crowe. Du divertissement enlevé comme on n’en avait pas vu depuis longtemps.

Photo : © EuropaCorp Distribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *