Critique : Toni Erdmann, de Maren Ade

Il y a des films qu’on a du mal à définir. Pourtant Toni Erdmann n’est pas un vrai OFNI (Objet filmique non identifié). Sa structure narrative est assez basique et son propos tourne autour de la relation compliquée entre un père et sa fille. Mais Maren Ade oscille sans arrêt entre le film d’auteur aride et la comédie burlesque. Le résultat est assez maladroit et un peu long. Il risque même de laisser plus d’un spectateur dubitatif.  Mais Toni Erdmann vaut pourtant largement le coup d’œil.

Cadre froid. Maren Ade est allemande et son univers visuel doit malheureusement plus à Derrick qu’à Wim Wenders. Ici, la sobriété est de mise, le récit est volontairement étiré et les plans s’attardent sans qu’on sache vraiment pourquoi. Mais peut importe car Maren Ade a un plan bien précis : vous faire sortir de cette torpeur rigide de manière inattendue, grâce au personnage d’un père bien décidé à faire retrouver à sa fille le sens de la vie. Une fille empêtrée dans la rigueur de sa vie professionnelle qui va être contrainte, malgré elle, de jouer le jeu.

Rions un peu. Et tout à coup le miracle se produit. Ce Toni Erdmann, nom du personnage inventé par le père de l’héroïne, nous fait rire. Avec sa perruque et ses fausses dents,  il agit comme un ressort comique décalé et burlesque. Oui, on est parfois à la limite du grotesque mais c’est justement le propos du film : nous faire relativiser sur ce qui est vraiment grave dans la vie. L’apothéose survient dans l’une des dernières scènes du film lors d’une fête entre collègues complètement hallucinante…

Mélange des genres. Dommage que Maren Ade n’assume pas complètement son sens de la comédie et préfère louvoyer sans cesse vers le film d’auteur légèrement dépressif ou faire des digressions vers le monde de la finance. Toni Erdmann nous donne l’impression d’avoir embarqué sur une montagne russe, qui nous fait passer d’un genre à l’autre sans ménagement. Cette fantaisie rend le film intrigant, pas toujours facile à saisir, mais lui donne aussi une vraie personnalité. L’expérience ne sera pas de tout repos, à vous de voir si vous voulez monter dans la wagonnet affrété par Maren Ade.

Marianne

Le film en bref : Un film singulier osant le rire burlesque mais qui revêt les atours d’un cinéma d’auteur un peu aride. Le résultat est légèrement bancal mais surprenant pour qui est prêt à vivre l’aventure.

Photo : ©Komplizen Film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *