Critique : Vice Versa, de Pete Docter

Les magiciens de Pixar ont encore frappé. Après Monstres et Cie et Là-Haut, Pete Docter a de nouveau réalisé un chef d’œuvre. Une petite pépite qui dépasse largement les codes du cinéma d’animation. Vice Versa est tout simplement ce que le 7e art peut faire de mieux. Immanquable !

Un monde magique

Pourtant en nous faisant pénétrer dans le cervau d’une petite fille de 11 ans, le studio n’a pas choisi la facilité car il fallait inventer tout un univers. Chez Pixar, l’esprit humain ressemble donc a une sorte de fête foraine géante où les émotions contrôlent chacune de nos actions. Nos souvenirs sont des petites billes de couleurs rangées précautionneusement comme dans l’une de ses bibliothèques géantes qui rassemblent les bouquins les plus précieux. Le subconscient est une grotte cachant nos peurs les plus profondes. Et l’usine à rêves ressemble étrangement à un studio de cinéma hollywoodien. En termes de merveilleux, on peut difficilement faire mieux non ?

Une idée à chaque plan

Et comme toujours chez Pixar, les idées du scénario fusent à un rythme effrénée. Chaque scène, voire chaque plan regorge de petites trouvailles graphiques, comiques ou philosophiques. Comme cette séquence incroyable où nos petites émotions traversent le tunnel des idées abstraites. Les animateurs ont clairement relevé un défi de taille sans renoncer à la poésie de la situation.

L’art de la double lecture

Mais comme toujours là où Pixar excelle c’est dans l’art du storytelling. Vice Versa a deux niveaux de lecture. Le premier destiné aux enfants joue la carte de l’émerveillement et des rebondissements. Le second plus adulte et mélancolique s’adresse à tous ceux qui ont conservé une âme d’enfant. Car sous ses attraits de parc à thèmes, Vice Versa parle de ce moment douloureux qu’est la fin de l’enfance. Ce moment charnière où notre ami imaginaire n’est plus qu’un lointain souvenir et où la joie cesse d’être l’ultime moteur de notre vision du monde. Difficile de retenir ses larmes…

Drôle, émouvant, inventif, beau, intelligent… Vice Versa est sans aucun doute un grand film de cinéma. Je ne peux que vous conseiller de ne pas la rater.

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *