Found footage et faux documentaires : une sélection de Lost in Universes

A Lost in Universes, autant nous adorons le fantastique et la science-fiction, autant nous ne sommes pas ultra-fans d’horreur pure et dure. Si bien qu’en matière de found footage et de faux documentaires nous ne sommes pas très pointues puisque ces genres (popularisés avec Le Projet Blair Witch) ont une nette prédilection pour l’effroi. Cependant, au fil du temps nous avons aimé quelques films et quelques séries qui emploient ces procédés. A l’occasion de la sortie de The Bay, nous avons eu envie de vous les faire connaître.

Les films :

  • Le fantastique The Troll Hunter d’André Øvredal, sorti en 2011, dans lequel une équipe de jeunes universitaires norvégiens enquête sur un mystérieux chasseur qui ne traque pas des ours mais un gibier bien plus dangereux dans les forêts perdues. Aussi original que bien fait, le film s’inspire des contes écrits dans les années 1840 par Jørgen Mo et Peter Christen Asbjørnsen ainsi que des dessins de Theodor Kittelsen, un artiste de la fin du XIXe siècle qui a illustré nombre de recueils de contes norvégiens, toujours très populaires dans ce pays scandinave (à découvrir sur kittelsen.efenstor.net). Le spectateur se retrouve plongé comme s’il y était dans un univers ancien. Une vraie réussite, due entres autres au talent de l’artiste vocal Paul Hartman, qui a imaginé et interprété le « langage » et les voix des diverses espèces de trolls, et de la directrice de l’animation, Nina Bergström. André Øvredal s’est inspiré de C’est arrivé près de chez vous, et de fait l’on retrouve cynisme et humour macabre dans ce found footage.

 

  • Cloverfield, de Matt Reeves (Laisse-moi entrer), sorti en 2008, dans lequel un groupe d’amis essaient de sauver une jeune femme bloquée dans un immeuble alors qu’une créature extraterrestre dévaste Manhattan… Produit par J. J. Abrams et écrit par Drew Goddard (The Cabin in the Woods, Lost, World War Z), le film relate une aventure aussi effrayante que réaliste tout en parvenant à être émouvante. Il doit beaucoup au concepteur artistique Neville Page (www.nevillepage.com) qui a créé le monstre.

 

  • Diary of The Dead – Chroniques des morts-vivants, de George A. Romero, sorti en 2008. Alors qu’ils tournent un film d’horreur à budget réduit, des étudiants en cinéma doivent se confronter à l’invasion des zombies. Pour cela, ils utilisent leur média de prédilection, la caméra… A noter, ce cinquième épisode de la très politique saga de Romero présente en caméos, grimés en journalistes audio ou vidéo, le réalisateur, Guillermo del Toro, Wes Craven, Simon Pegg, Quentin Tarantino et Stephen King. Pour en savoir plus, lisez le Saigneur des zombies, une interview que George A. Romero avait accordée à Allo Ciné lors de la sortie du film (sur www.allocine.fr).
  • Chronicle de Josh Trank, sorti en 2012. Trois adolescents testent leurs limites après avoir acquis des super-pouvoirs au contact d’une matière étrange et à l’origine inexpliquée. Dans la lignée de Heroes et de Misfits, le film explore les réactions de chacun des trois jeunes face aux sentiment de puissance et d’immortalité. Un faux documentaire, filmé par le personnage d’Andrew (Dane DeHaan, Des Hommes sans loi), qui offre une relecture brillante du mythe des super-héros. La technique prend tout son sens dans le film, puisqu’elle permet des plans en caméra subjective que l’on avait jamais vus auparavant. Le scénariste, Max Landis, est familier de ces univers. Il avait écrit et réalisé The Death and Return of Superman, un court métrage où le dernier fils de Krypton et d’autres super-héros tentent d’échapper au sort qui leur est réservé. Josh Trank avait lui tourné un autre found footage, Stabbing at Leia’s 22nd, où il explorait un univers mythique bien différent, celui de Star Wars. Disponible sur le Net, ce très court a été vu par plus de dix millions de personnes (www.allocine.fr). Josh Trank est loin d’en avoir fini avec les super-héros puisque la Fox lui a confié le reboot des Quatre Fantastiques dont la sortie sur les écrans américains est prévue pour le 6 mars 2015. Une suite à Chronicle cornaquée par Max Landis (Fils du réalisateur culte John Landis) et Josh Trank est prévue même si elle n’avance pas très vite.

 

  • Le formidable District 9, du Sud-Africain Neill Blomkamp, sorti sur les écrans en 2009. Après que des extra-terrestres échouent sur Terre, qu’en faire ? La situation vingt-huit ans plus tard alors que l’hostilité de la population est à son comble et que les aliens sont parqués dans des camps et exploités par la MNU, une société privée qui tente de faire fonctionner leurs armement… Les héros ? Un des vigiles et un des extra-terrestres qui essaie de repartir. Une réflexion sur la lutte contre le racisme, l’avidité et l’intolérance qui a été produite par Peter Jackson (Le Seigneur des anneaux). Le jeune réalisateur avait déjà exploré le thème de la même façon dans Alive in Joburg qui se passait juste après l’accident. De Neill Blomkamp, on attend impatiemment un autre long métrage de science-fiction, Elysium avec Matt Damon (The Bourne Trilogy, l’Agence, Promised Land).

 

  • Sorti en 2012, Projet X, signé par le quasi inconnu Nima Nourizadeh, a été un véritable phénomène auprès des jeunes. On y suit une bande d’adolescents un peu losers qui vont profiter de l’absence des parents de l’un d’entre eux pour organiser la fête du siècle. Fête qui évidemment va dégénérer et entraîner la destruction de la maison ainsi que d’une partie du quartier… Sans être le film du siècle, il a au moins l’intérêt de renouveler un peu le genre du found footage puisqu’il s’inscrit pour une fois dans la réalité quotidienne. A noter : Projet X s’inspire d’un phénomène bien réel, celui de ses soirées lancées innocemment sur Facebook et qui rassemblent des milliers de personnes obligeant les autorités à intervenir. Des faits qui commencent à se généraliser un peu partout dans le monde… Plutôt effrayant.

Les séries :


  • The River, série fantastique plus ou moins horrifique dans laquelle une équipe de télévision suit un jeune homme (Joe Anderson, Twilight 5, The Crazies) à la recherche de son père, un naturaliste vedette d’un show TV (Bruce Greenwood, Star Treck into Darkness, The Place Beyond the Pines, Flight) qui a disparu sur l’Amazone. Bien que prometteuse et originale, la série n’a connu qu’une seule saison. Elle a été imaginée par Oren Peli qui a collaboré à The Bay, les Chroniques de Tchernobyl, Paranormal Activity et Michael R. Perry qui a travaillé sur les séries Dr House et Millenium.

 

  • L’épisode 12 de la saison 7 d’X-Files (une de nos séries fétiches), intitulé X-Cops (Peur bleue), un épisode-concept inspiré par l’émission américaine COPS qui présente en direct la traque de criminels par la police. Cet épisode suit Fox Mulder et Dana Scully, filmés par une équipe de télévision caméra à l’épaule. Ils traquent un monstre qui tue les nuits de pleine lune.

 

  • Ghostfacers, l’épisode 13 de la saison 3 de Supernatural. Alors qu’ils sont à la poursuite d’un fantôme, les frères Winchester, Sam et Dean, sont filmés par l’équipe des Ghostfacers, composés d’Ed Zeddmore, d’Harry Spendler (qui avaient été introduits dans l’épisode 17 de la saison 1). L’émission de télé réalité  tente de prouver des évènements paranormaux (dans le style du projet SEAP).
  • L’épisode 4 de la saison 8 de Supernatural, intitulé Bitten dans lequel les frères Winchester, après avoir découvert un bain de sang dans une maison, doivent regarder un film qui leur narre l’histoire de trois jeunes gens fous de cinéma. Deux excellents épisodes d’une série dont la mythologie est impressionnante d’inventivité mais dont certaines enquêtes se révèlent quelquefois légèrement décevantes.

 

  • Précurseur dans bien des domaines, le show médical Urgences l’a été aussi dans celui du faux documentaire. En 1997 (soit deux ans avant la sortie du Projet Blair Witch), le premier épisode de la saison 4 intitulé Direct aux Urgences avait fait sensation à l’époque. Diffusé en direct au Etats-Unis (et en France sur France 2), il introduisait une équipe de journalistes dans le célèbre service du Cook County Hospital de Chicago. Rythmé, cet épisode posait les bases d’une narration nouvelle imposée par le prisme de la caméra de l’équipe télé. Impressionnant, surtout pour une série aussi réaliste qu’Urgences. A noter : la série française Zak, diffusée sur Orange, reprend un peu ce principe de faux reportage dans une tonalité comique humour trash.

Ceux qui veulent en savoir beaucoup plus sur le found footage et les faux documentaires consulteront le numéro 341 de L’Ecran fantastique, daté d’avril 2013. La revue a lancé depuis quelques mois une (superbe) nouvelle formule plus complète qui comprend chaque mois les Archives du cinéma fantastique. Rédigées par Nicolas François du blog www.terreurvision.com, elles étaient ce mois-là consacrées à cette thématique.

 Laurence et Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *