Livre : En attendant Bojangles, d’Oliver Bourdeaut

La quatrième de couverture de ce roman (un petit bijou) indique que son auteur, ce jeune inconnu que vous recroiserez très certainement, Oliver Bourdeaut, a longtemps hésité avant de se mettre à l’écriture. Après lecture, non seulement vous vous dites qu’il a eu tort mais vous pensez également qu’il doit continuer. Ce serait pure folie, et il sait de quoi on parle, que de s’arrêter là !

Un roman plein de fantaisie. En attendant Bojangles est un récit la fois beau et cruel, tendre et dur, léger et pesant. Les mots chantent et dansent en cadence avec ce couple d’amoureux fous qui n’a de cesse de virevolter sur les notes de Mr Bojangles de Nina Simone sous les yeux émerveillés de leur fils. Le père et la mère tourbillonnent et font de la vie de leur fils un tourbillon d’illusions.

Une vie réinventée. Au sein de ce trio familial, le réel n’existe pas. La vie s’écoule au rythme de la folie douce de la mère. Et tout n’est qu’excentricité : dans ce monde, on ne travaille pas, on ne va pas à l’école, on change de prénom tous les jours, on fait la fête toutes les nuits, les châteaux en Espagne deviennent plus vrais que nature et c’est un bel oiseau exotique au long cou appelé Mademoiselle Superfétatoire qui tient lieu d’animal domestique !

Un réel jamais bien loin. Et pourtant… dès le deuxième chapitre, on sent le malheur tapi dans un coin, prêt à bondir. Mais on continue à danser, on feint d’oublier… que quoi que l’on fasse, on est toujours rattrapé par la réalité.

Un premier roman. Olivier Bourdeaut n’a que 35 ans et En attendant Bojangles est son premier roman publié (son deuxième écrit). C’est un récit plein de tendresse, d’amour absolu et d’adoration qui ne peut laisser indifférent. On en redemande !

Anne-Valérie

Le livre en bref. L’histoire de l’amour fou d’un homme pour une femme irrésistiblement folle. L’éloge de la folie dans ce qu’elle a de plus beau et de plus cruel. Une très belle histoire d’amour.

En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut, aux éditions Finitude, 160 pages, 15,50 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *