Nicolas Winding Refn : tous les projets du réalisateur de Drive

Alors qu’Only God Forgives déserte peu à peu les cinémas français, quels sont les projets de Nicolas Winding Refn ? Le réalisateur danois, reparti bredouille de la grande messe cannoise 2013, devrait s’attaquer de façon certaine à trois projets.

D’abord un long métrage produit par Gaumont et Wild Bunch, I Walk With The Dead. De ce long métrage dont il est question depuis 2010, on ne sait presque rien, même pas son pitch. Ce qui semble sûr ? L’action se passerait à Miami et comporterait beaucoup, mais vraiment beaucoup, de sexe. Ses acteurs ? Il a été un temps question de Carey Mulligan  (Drive, Gatsby le magnifique) en rôle titre, mais rien n’a été confirmé… ou infirmé.

Ensuite la série Barbarella que Nicolas Winding Refn réalisera pour Canal +, à partir d’un scénario rédigé par les soins de Neal Purvis et de Robert Wade (Skyfall). Le pitch est simplissime : une somptueuse créature doit mettre un point final aux manigances d’un dealer d’armes sans scrupules. Non, promis, ce n’est pas un spin off du Machette de Roberto Rodriguez (qui y a pourtant bel et bien songé un temps avec la torride Rose McGowan dans le rôle principal !). Pour ceux qui ne connaîtraient pas la mythique créature, Barbarella est une bombe sexuelle créée en 1962 par le dessinateur français Jean-Claude Forest qui s’était à l’époque inspiré des courbes de Brigitte Bardot. La belle voyageait de planète en planète, séduisait des extra-terrestres et expérimentait l’orgasmotron, une « machine excessive ». Pour Forest, elle était une icône de la libération sexuelle. La BD fit scandale et fut étiquetée « publication pour adultes ». En 1968, Roger Vadim choisit Jane Fonda pour incarner Barbarella dans son film éponyme. Quels sont les plans du Danois ? Là encore, on n’en sait pour l’instant pas plus. Sinon que la productrice Martha de Laurentiis (Hannibal) est impliquée dans le projet.

Enfin, une stupéfiante suite à Valhalla Rising, qui se situerait au Japon. Nicolas Winding Refn souhaiterait collaborer de nouveau avec Mads Mikkelsen pour projeter le Viking mystique One-Eye (et accessoirement mort…) dans le Tokyo du futur. Si tout se déroule selon les plans du réalisateur, le tournage débutera dès que I Walk With The Dead sera bouclé.

Ses autres projets moins avancés (ou peut-être même abandonnés ?) : un remake de l’Age de cristal (Logan’s Run) qui avait été tourné en 1976 par Michael Anderson et qui relate les aventures du limier Logan 5 dans un monde post-apocalyptique où les humains sont réfugiés dans des villes-bulles et doivent mourir à 30 ans. L’adaptation du roman graphique Button Man : The Killing Game d’Arthur Ranson et John Wagner dans lequel des tueurs à gages s’affrontent jusqu’à ce que mort s’en suive pour distraire des milliardaires. L’un de ces tueurs, Harry Exton, devra liquider ces riches dilettantes pour sortir du jeu. Et the last but not the least, une autre adaptation, celle de l’Incal, BD mythique de Moebius et d’Alejendro Jodorowsky. Le Danois voue une admiration sans bornes au scénariste fraonco-chilien auquel il a dédié Only God Forgives.

Au rayon des rumeurs, le cinéaste danois a été récemment pressenti pour diriger le prochain James Bond. Son nom, ainsi que celui d’Ang Lee (L’Odysée de Pi), de Tom Hooper (Les Misérables), de Shane Black ( Iron Man 3) et de David Yates (Harry Potter et les Reliques de la Mort), serait sur la top list du Studio. La collaboration de Nicolas Winding Refn avec le scénariste de Skyfall pour la série Barbarella lui donnerait peut-être une longueur d’avance. A moins que Sam Mendes ne revienne…

Et pour tous ceux qui espéraient une suite à Drive, le cinéaste est pour l’instant catégorique : elle ne verra jamais le jour. Pourtant, James Sallis, l’auteur du roman, a écrit et publié une suite à son histoire intitulée Driven. Wait and see.

On souhaite vivement que Nicolas Winding Refn ne soit pas en train de se transformer en un Guillermo Del Toro version scandinave et qu’il compte bien faire aboutir au moins quelques-uns de ces projets tous plus alléchants les uns que les autres. Il y a peut-être de quoi espérer. L’an dernier, il était en négociations avec DreamWorks pour faire passer le massacre de Button Man sur la pellicule.

Laurence et Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *