99 Homes, de Ramin Bahrani

Découvrez en e-cinéma ce long métrage sur les conséquences de la crise des subprimes aux Etats-Unis avec Andrew Garfield (Spiderman) et Michael Shannon. Lire la suite »

Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

Les frères Coen reviennent avec une comédie décalée sur le Hollywood des années 50. Drôle et porté par un casting quatre étoiles. Lire la suite »

Le Livre des Baltimore, de Joël Dicker

Découvrez le nouveau roman de Joël Dicker, auteur du succès La Vérité sur l’affaire Harry Québert. Un nouveau page turner. Lire la suite »

The Revenant, d’Alejandro González Iñárritu

Vivez l’une des expériences cinématographiques les plus intenses de l’année. Léo n’a pas volé son oscar. Lire la suite »

Vinyl, premières impressions

Ne manquez pas la série ébouriffante et 100 % rock’n’roll signée par Martin Scorsese et Mick Jagger. Lire la suite »

 
© Ritaproductions / Ma Vie de courgette

Critique : Ma vie de courgette, de Claude Barras

Pourquoi avoir opté pour du cinéma d’animation pour porter à l’écran le roman de…Tout simplement car ce monde d’expression a ce supplément d’âme par rapport au cinéma traditionnel. Une petite subtilité qui sied parfaitement à cette histoire racontée à hauteur d’enfants.

©Warner Bros / Mr Wolff

Critique : Mr Wolff, de Gavin O’Connor

Ben Affleck est très occupé. D’un côté,  il s’active derrière la caméra (on attend avec impatience son hommage au film noir Live by Night en janvier 2017) et de l’autre il doit répondre à ses différents engagements au DCverse (The Batman, Justice League, Suicide Squad…). Mais entre deux enfilages de costumes, il a pris le temps de jouer dans Mr Wolff, un  thriller à rebondissements signé Gavin O’Connor (Janet Got a Gun, Warrior, la série The Americans).

© EMPREINTE DIGITALE / Les Grands

Série : 5 bonnes raisons de regarder Les Grands

Dernière création originale d’OCS, Les Grands est une série pour adolescents qui pourrait bien révolutionner le genre largement moribond en France. Drôle, rythmée, portée par une bande de jeunes comédiens pétillants, ce show mérite largement votre attention.

©Mars Films

Critique : Sing Street, de John Carney

John Carney connaît la musique. Et je ne dis pas ça juste pour l’effet de style. Le réalisateur de Once et de New York Melody à lui-même été bassiste au sein du groupe The Frames dans les années 90.  Si la musique est sa passion, le cinéma reste cependant sa plus belle forme d’expression. Sing Street, inspiré sans doute de sa propre existence, se révèle être un feel good movie aussi électrisant qu’émouvant.

Copyright Shayne Laverdière, courtesy of Sons of ManualJuste la fin du monde

Critique : Juste la fin du monde, de Xavier Dolan

Xavier Dolan est une énigme. A Lost in Universes, on admire sa façon de ne jamais faire de concession et d’aller jusqu’au bout de ses idées. Que l’on fasse partie de ses fans ou de ses détracteurs, il faut bien lui reconnaître quelque chose, ses films ont une vraie personnalité. Même s’il a divisé la presse et le public, Juste la fin du monde est un film puissant qui ne vous laissera pas indemne. Ça je peux vous en faire la promesse.

20th-century-fox

Critique : Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton

Big Eyes, biopic un peu décevant sur la vie de la peintre Magaret Keane, était une exception dans la filmographie de Tim Burton. Avec Miss Peregrine et les enfants particuliers, adaptation du best seller du même nom, le cinéaste revient à son domaine de prédilection : les univers étranges et décalés. Bien sûr c’est peut-être enfantin mais promis cela reste digne d’intérêt.

©Ecce Films / Victoria

Critique : Victoria, de Justine Triet

La romcom à la française avait besoin d’un coup de neuf. Victoria, dramedie romantique moderne, incarne sans ambiguïté ce renouveau. Et Virginie Effira, lumineuse et naturelle, s’impose définitivement comme l’héroïne romantique de cette décennie.
© Bleecker Street Films

Critique : Captain Fantastic, de Matt Ross

Inutile de chercher dans votre collection Marvel, Captain Fantastic n’est pas le nouveau super-héros à la mode. Non, c’est un film indépendant amércain qui a remporté le prix de la mise en scène dans la sélection Un Certain Regard lors du dernier Festival de Cannes. Son réalisateur, Matt Ross, qui signe son second long métrage n’est pourtant pas un inconnu, surtout pour les sériephiles car il incarne l’abominable Gavin Belson dans la rigolote Silicon Valley. Aujourd’hui, avec Captain Fantastic il devient un réalisateur à suivre. 

©Wild Bunch / Comancheria

Critique : Comancheria, de David Mackenzie

Après une histoire d’amour dans un monde apocalyptique (Perfect Sense) et un film de prison (Les Poings contre les murs), David Mackenzie nous propose un western contemporain. Comancheria est même un western social puisqu’on y suit deux frères texans bien décidés à empêcher la banque à leur voler leur terre… en cambriolant les établissements de la banque en question !

SUICIDE SQUAD

Suicide Squad, Star Trek, Jason Bourne… pourquoi les blockbusters de l’été sont decevants

Rendons-nous à l’évidence. L’été rime toujours avec blockbuster au cinéma mais 2016 restera l’année où aucun de ces divertissements calibrés pour le succès n’aura créé une nouvelle tendance, renouvelé un genre ou même possédé une vraie personnalité. La faute est sans doute à imputer aux dirigeants des studios trop obnubilés à compter leurs billets verts pour prendre le moins de risque. Mais franchement c’est lassant ! Si on ne peut même plus s’éclater devant un divertissement pendant l’été… La preuve par trois avec Suicide Squad, Jason Bourne et Star Trek.