99 Homes, de Ramin Bahrani

Découvrez en e-cinéma ce long métrage sur les conséquences de la crise des subprimes aux Etats-Unis avec Andrew Garfield (Spiderman) et Michael Shannon. Lire la suite »

Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

Les frères Coen reviennent avec une comédie décalée sur le Hollywood des années 50. Drôle et porté par un casting quatre étoiles. Lire la suite »

Le Livre des Baltimore, de Joël Dicker

Découvrez le nouveau roman de Joël Dicker, auteur du succès La Vérité sur l’affaire Harry Québert. Un nouveau page turner. Lire la suite »

The Revenant, d’Alejandro González Iñárritu

Vivez l’une des expériences cinématographiques les plus intenses de l’année. Léo n’a pas volé son oscar. Lire la suite »

Vinyl, premières impressions

Ne manquez pas la série ébouriffante et 100 % rock’n’roll signée par Martin Scorsese et Mick Jagger. Lire la suite »

 
Dans-le-miroir-du-Caravage

Livre : Dans le miroir du Caravage, de Francesco Fioretti

Roman policier, roman historique, livre d’art… Dans le miroir du Caravage réserve bien des surprises.

jonathan-olley

Critique : Rogue One, de Gareth Edwards

Lorsque que Star Wars a été racheté par Disney, on savait que la célèbre franchise s’apprêtait à connaître une nouvelle vie. D’abord avec la réalisation d’une suite directe dont le premier volet, Le Réveil de la Force réalisé par J.J. Abrams, est sorti à Noël 2015. Mais aussi avec la mise en place d’un univers étendu, autrement dit avec la sortie de films situés dans le monde de Star Wars mais explorant des histoires inédites et périphériques au canon originel. Rogue One est le premier spin off à se lancer dans l’arène intergalactique. Nous a-t-il convaincu ? A moitié.

Copyright 2016 Sony Pictures Releasing GmbH

Critique : Premier contact, de Dennis Villeneuve

Avant de s’attaquer à la suite du cultissime Blade Runner, Dennis Villeneuve (Sicario, Prisoners) s’est essayé à la science-fiction avec Premier contact (Arrival en V.O.). Clairement plus connecté à la métaphysique (un mélange entre Rencontre du troisième type et Interstellar) que carburant à l’action spectaculaire type Independance Day, cette adaptation du roman de L’Histoire de ta vie de Ted Chiang est une petite pépite. Décidément l’espace inspire les cinéastes et c’est tant mieux !

© Warner Bros France / Les Animaux Fantastiques

Critique : Les Animaux Fantastiques, de David Yates

La pression a dû être énorme. Au lieu de tricoter une suite aux aventures d’Harry Potter*, J.K. Rowling, certainement vivement encouragée par Warner Bros, a décidé de continuer à développer l’univers magique qu’elle a imaginé dans une sorte de spin off/prequel situé dans les années 30 aux États-Unis. Ici pas l’ombre d’un sorcier à lunettes mais un certain Norbert Dragonneau amateur de créatures fabuleuses. Vous pouvez respirer car la magie de J.K. Rowling est intacte.

© Ritaproductions / Ma Vie de courgette

Critique : Ma vie de courgette, de Claude Barras

Pourquoi avoir opté pour du cinéma d’animation pour porter à l’écran le roman de…Tout simplement car ce monde d’expression a ce supplément d’âme par rapport au cinéma traditionnel. Une petite subtilité qui sied parfaitement à cette histoire racontée à hauteur d’enfants.

©Warner Bros / Mr Wolff

Critique : Mr Wolff, de Gavin O’Connor

Ben Affleck est très occupé. D’un côté,  il s’active derrière la caméra (on attend avec impatience son hommage au film noir Live by Night en janvier 2017) et de l’autre il doit répondre à ses différents engagements au DCverse (The Batman, Justice League, Suicide Squad…). Mais entre deux enfilages de costumes, il a pris le temps de jouer dans Mr Wolff, un  thriller à rebondissements signé Gavin O’Connor (Janet Got a Gun, Warrior, la série The Americans).

© EMPREINTE DIGITALE / Les Grands

Série : 5 bonnes raisons de regarder Les Grands

Dernière création originale d’OCS, Les Grands est une série pour adolescents qui pourrait bien révolutionner le genre largement moribond en France. Drôle, rythmée, portée par une bande de jeunes comédiens pétillants, ce show mérite largement votre attention.

©Mars Films

Critique : Sing Street, de John Carney

John Carney connaît la musique. Et je ne dis pas ça juste pour l’effet de style. Le réalisateur de Once et de New York Melody à lui-même été bassiste au sein du groupe The Frames dans les années 90.  Si la musique est sa passion, le cinéma reste cependant sa plus belle forme d’expression. Sing Street, inspiré sans doute de sa propre existence, se révèle être un feel good movie aussi électrisant qu’émouvant.

Copyright Shayne Laverdière, courtesy of Sons of ManualJuste la fin du monde

Critique : Juste la fin du monde, de Xavier Dolan

Xavier Dolan est une énigme. A Lost in Universes, on admire sa façon de ne jamais faire de concession et d’aller jusqu’au bout de ses idées. Que l’on fasse partie de ses fans ou de ses détracteurs, il faut bien lui reconnaître quelque chose, ses films ont une vraie personnalité. Même s’il a divisé la presse et le public, Juste la fin du monde est un film puissant qui ne vous laissera pas indemne. Ça je peux vous en faire la promesse.

20th-century-fox

Critique : Miss Peregrine et les enfants particuliers, de Tim Burton

Big Eyes, biopic un peu décevant sur la vie de la peintre Magaret Keane, était une exception dans la filmographie de Tim Burton. Avec Miss Peregrine et les enfants particuliers, adaptation du best seller du même nom, le cinéaste revient à son domaine de prédilection : les univers étranges et décalés. Bien sûr c’est peut-être enfantin mais promis cela reste digne d’intérêt.