Soutenez SEAP, un projet d’émission autour du paranormal

Thomas Lebec a des idées. Plein d’idées ! Auteur, scénariste, réalisateur de fictions ou de documentaires, professeur de cinéma… ce stakhanoviste ne cesse du haut de ses 33 ans de trouver de nouveaux territoires à explorer. Cette fois-ci, c’est du côté du surnaturel que ses ambitions créatrices se sont posées. Rien de bien surprenant quand on connaît le garçon, persuadé en autres d’avoir écrasé un jour une fée en traversant la forêt de Brocéliande.

Son projet d’émission télé intitulé SEAP (Section d’enquête d’activité paranormale) s’inspire du concept anglo-saxon TAPS qui suit une équipe de chasseurs de fantômes sur les routes américaines. Pas question pour autant de faire du copier/coller. « Je souhaite développer une émission de divertissement à caractère scientifique, qui aura une personnalité propre », explique-t-il.

Parmi les changements annoncés, l’auteur promet moins de sensationnalisme. Hors de question de vendre du vent, toutes les expériences seront menées dans des conditions réalistes et authentifiées. D’ailleurs, pour que l’émission ne puisse pas être taxée de partisane, un enquêteur qui ne croit absolument pas à tous ces phénomènes inexpliqués sera intégré à l’équipe. L’émission mettra également plus l’accent sur l’histoire des lieux à visiter. Et pour pimenter le tout, le temps d’un épisode, une personnalité du show-biz, un médium ou un expert du domaine pourra rejoindre l’équipe. L’esthétique de l’émission fera partie intégrante du concept puisqu’elle entretiendra le mystère.

Malheureusement, pour donner vie à ce X-Files du réel, Thomas Lebec est confronté à un problème de taille : le financement. Les chaînes et les sociétés de production sont pour l’instant restées muettes aux appels de pied du jeune réalisateur. « Pour les convaincre, tourner un pilote est indispensable. Le système de co-funding qui permet aux fans de financer des films ou des artistes m’est apparu comme la solution idéale », assure Thomas Lebec.

Le principe est simple. Les particuliers sont incités à participer au financement du projet. Pour toute souscription financière (10 € de minimum), des contreparties sont prévues. Cela va du nom au générique à l’obtention d’un rôle sur le tournage. Vous ne serez débité que si la somme des 4 000 € est atteinte.

Un petit coup de pouce serait le bienvenu. 900 € ont déjà été collectés et il vous reste 43 jours pour participer. A vos dons sur Touscoprod.com

Marianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *