Tag Archives: Adaptation

Critique : This is not a love story, de Alfonso Gomez-Rejon

Le cinéma indépendant américain réserve parfois de jolies petites pépites. This is not a love story (Me, Earl and the dying girl en V.O.) d’Alfonso Gomez-Rejon en est une. Ce teen-movie intelligent se présente en quelque sorte comme un anti Nos étoiles contraires . Le point de départ semble pourtant identique : Greg, lycéen introverti, va passer du temps avec Rachel, une ancienne camarade atteinte de leucémie. Mais promis, ce n’est pas une histoire d’amour… enfin pas tout à fait !

Critique : Seul sur Mars, de Ridley Scott

Après les poussifs Exodus et Cartel, Ridley Scott revient à la science-fiction. La vraie. Car cette adaptation du best-seller d’Andy Weir est une anticipation de nos prochaines missions martiennes. Ici nulle trace de vilaines bébêtes baveuses ou d’androïdes avec des questions métaphysiques. Non, Mark Watney (Matt Damon en pleine forme) est tout seul. Et sur la Planète rouge, sa survie n’est pas assurée.

Critique : Le Labyrinthe : la Terre brûlée, de Wes Ball

Le miracle n’aura pas eu lieu. Après un premier épisode  peu inspiré, Wes Ball (qui s’est fait remarqué en réalisant un court métrage d’animation apocalyptique, Ruin) repasse derrière la caméra pour adapter le deuxième tome des aventures de Thomas et ses copains. Enfin sortis du labyrinthe, nos amis vont vite découvrir que le monde réel n’est guère plus rassurant. WICKED continue inlassablement de les traquer. Et nous ? On s’ennuie ferme.

Critique : Mémoires de jeunesse, de James Kent

Il y a des films qu’on voudrait aimer plus tant on sent que la démarche qui les anime est sincère et juste. Mémoires de jeunesse, adapté du roman autobiographique du même nom de Vera Brittain en est le parfait exemple.

Critique : Le Petit Prince, de Mark Osborne

Comment adapter le Petit Prince ? Comment rendre justice à cette œuvre considérée par beaucoup comme un monument de la littérature jeunesse ? Après des années de tractations, les Américains et les Français se sont associés pour produire un film hybride. Car cette version du Petit Prince n’ est pas une adaptation littérale du livre d’Antoine de Saint-Exupéry.

Critique : La Face cachée de Margo, de Jake Schreier

Après le succès de Nos Etoiles contraires l’an dernier, il est logique que Hollywood se soit précipité pour adapter un autre best seller signé John Green. La Face cachée de Margo (Paper Towns en VO) parle toujours d’amour mais de manière moins tragique, promis ! On y suit Quentin, amoureux transi de sa voisine, la belle et mystérieuse Margo. Après une soirée surprenante passée ensemble, la jeune femme disparaît laissant quelques indices pour la retrouver.

Luc Besson adapte la BD Valérian

Sans doute encouragé par le succès de Lucy, Luc Besson s’attaque à l’une des BD les plus cultes de la science-fiction française. Le prochain film du réalisateur du Cinquième Elément sera donc une adaptation de Valérian.

Séries Mania 2015 : The Casual Vacancy, d’après J.-K. Rowling

A l’occasion de la 6e édition du Festival Séries Mania qui se tient jusqu’au 26 avril au Forum des images à Paris, Lost in Universes vous présente l’un des shows mis en avant chaque jour. Aujourd’hui, on se penche sur la mini-série The Casual Vacancy, adaptée du roman de J.-K. Rowling.

Critique : Enfant 44, de Daniel Espinosa

Enfant 44 où l’ histoire d’un gâchis. Sur le papier, ce projet avait tout pour être une réussite. D’abord, il s’agit d’une adaptation du best-seller du même nom écrit par Tom Rob Smith. Un page turner efficace qui nous plonge dans l’ Union Soviétique des années 50. On y suit le destin de Léo, agent de la police secrète convaincu, qui va peu à peu découvrir les failles du système qu’il défend. L’intrigue qui mélange enquête policière et background politique est solide et riche en rebondissements.

Critique : Divergente 2 : l’insurrection, de Robert Schwentke

Retenez votre souffle. Tris et Four sont de retour dans la suite de Divergente. Après un premier épisode initiatique, dans lequel le spectateur découvrait l’univers dystopique imaginé par Véronica Roth, place à l’action pure. La guerre est désormais déclarée entre les Erudits et les autres factions. Tris et ses amis sont des fugitifs. Et ils vont tout faire pour déjouer le plan de la machiavélique Jeanine (Kate Winslet qui semble beaucoup s’amuser dans les habits bleu roi de la méchante).