Tag Archives: Animation

Critique : Ma vie de courgette, de Claude Barras

Pourquoi avoir opté pour du cinéma d’animation pour porter à l’écran le roman de…Tout simplement car ce monde d’expression a ce supplément d’âme par rapport au cinéma traditionnel. Une petite subtilité qui sied parfaitement à cette histoire racontée à hauteur d’enfants.

Critique : Comme des bêtes, de Yarrow Cheney et Chris Renaud

Illumination Mac Guff a fait le buzz avec ces Minions, sorte de version jaune citron des lapins crétins. Mais en dehors des deux Moi, Moche et Méchant et de son spin off, le studio Français semblait avoir du mal a trouver de nouvelles idées originales. Ceux qui ont vu Le Lorax comprendront…  Comme des bêtes changera t’il la donne ? En tout cas une chose est sûre, rien de mieux que des animaux pour rameuter les enfants (et leurs parents) dans les salles !

Critique : La Tortue Rouge, de Michael Dudok  de Wit

Un long métrage d’animation en 2D et sans paroles. La Tortue Rouge fait presque figure d’ovni dans le monde de l’animation moderne dominé par la technique 3D et ses nombreux avatars numériques. Mais Dudok de Wit n’en a cure, co-produit par le Studio Ghibli (Miyazaki, Takahata…), ce conte mise avant tout sur son sens de l’épure et sa portée poétique.

Critique: Zootopie, de Byron Howard et Rich Moore

Que l’on aime ou pas Disney, on doit bien reconnaître à la firme aux grandes oreilles une chose : elle a une capacité à créer des univers fantastiques qui peupleront l’imaginaire de générations d’enfants pendant des décennies. Ce Zootopie, dernier né des studios Disney fait particulièrement fort question univers puisqu’ils ont inventé une cité spectaculaire dans laquelle vivent en harmonie tous les animaux de la création. Avec ces couleurs chamarrées, ces différents mondes (la ville, la jungle, la neige…), cette mégalopole fascine immédiatement le spectateur qui rêve comme Judy, la petite lapine, d’en explorer les moindres recoins.

Critique : Le Voyage d’Arlo, de Peter Sohn

Quoi de mieux pour commencer ce mois de décembre qu’un joli film d’animation signé Pixar ? Après les petites émotions magiques de Vice & Versa, le studio nous présente son nouveau bébé Le Voyage d’Arlo (The Good Dinosaur en V.O.). Un film au destin chaotique puisqu’il a perdu en cours de route son réalisateur repoussant la sortie d’un an. Peter Sohn qui n’avait à son actif que la réalisation du court métrage Passage nuageux (diffusé avant Là-Haut lors de sa sortie en salles) a donc eu la lourde tâche de reprendre un projet en cours de route. Rassurez-vous, à l’écran rien ne transfigure ce changement de direction. La magie opère une fois de plus… même si Le Voyage d’Arlo ne joue pas dans la même cour que Vice & Versa. 

Critique : Avril et le monde truqué, de Franck Ekinci et Christian Desmares

Et si le vivier le plus créatif du cinéma mondial se trouvait dans l’animation ? Après le sublime Vice Versa de Pixar en juin dernier, Avril et le monde truqué (récompensé du Cristal du Festival d’Annecy) est une nouvelle preuve du potentiel poétique de cette forme de 7e art. Imaginé par Jacques Tardi (Adèle Blanc-Sec, Nestor Burma), cette aventure animée se démarque immédiatement par son originalité.

Critique : Le Petit Prince, de Mark Osborne

Comment adapter le Petit Prince ? Comment rendre justice à cette œuvre considérée par beaucoup comme un monument de la littérature jeunesse ? Après des années de tractations, les Américains et les Français se sont associés pour produire un film hybride. Car cette version du Petit Prince n’ est pas une adaptation littérale du livre d’Antoine de Saint-Exupéry.

Critique : Vice Versa, de Pete Docter

Les magiciens de Pixar ont encore frappé. Après Monstres et Cie et Là-Haut, Pete Docter a de nouveau réalisé un chef d’œuvre. Une petite pépite qui dépasse largement les codes du cinéma d’animation. Vice Versa est tout simplement ce que le 7e art peut faire de mieux. Immanquable !

Critique : Les Nouveaux Héros, de Don Hall et Chris Williams

Les Nouveaux Héros (Big Hero 6 en VO) est un film hybride. Premier film d’animation issu de la collaboration entre le studio aux grandes oreille et son nouveau catalogue Marvel, il conjugue le savoir-faire des deux firmes. Enfin presque. Car dans Les Nouveaux Héros, si l’esprit de Stan Lee est bien présent (d’ailleurs le film s’adresse presque plus aux adolescents qu’aux enfants), Mickey mène tout de même la danse. Que voulez-vous, le boss reste le boss !

L’Art du Studio Ghibli au Musée Art Ludique

Au Etats-Unis, il y a Disney. Au Japon, il y a le Studio Ghibli. Ces deux univers aussi différents soient-ils peuplent tous les deux l’imaginaire des enfants (et des adultes) du monde entier depuis plusieurs générations. Tous les deux sont des symboles de la pop culture. Après Pixar en 2013, le Musée Art Ludique rend logiquement hommage au studio japonnais dans une exposition étonnante puisqu’elle est composée uniquement de dessins fait à  la main et servant pour le lay out.