Tag Archives: Channing Tatum

Critique : Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

Après un western crépusculaire (True Grit) et un drame sur un looser magnifique (Inside Llewyn Davis), les frères Coen reviennent à l’un de leur genre de prédilection : la comédie déjantée. Ave, César! (Hail Caesar!) nous plonge dans les coulisses du cinéma hollywoodien des années 50. On y suit les aventures mouvementées de Eddie Mannix (Josh Brolin) chargé d’éviter scandales et autres dérapages qui terniraient l’image des studios. Un pur régal d’écriture.

Critique : Les Huit Salopards, de Quentin Tarantino

Un film de Quentin Tarantino c’est un peu comme une piñata mexicaine. On ne sait pas trop ce qu’il y a dedans mais on est au moins sûr que ce sera fun malgré l’explosion de violence nécessaire. Après une genèse difficile (une première version du scénario avait fuité sur le net), les Huit Salopards (que celui qui n’a pas compris la référence lève la main) arrive enfin dans les salles. Bonne nouvelle, le cinéaste revient au maximum de sa forme. Attention tout de même aux éclaboussures si vous êtes au premier rang.

Critique : Magic Mike XXL, de Gregory Jacobs

Reste-t-il encore un peu de magie à Mike ? Cette question posée par Jada Pinkett Smith (Gotham) à Channing Tatum (Jupiter Ascending) au milieu du film résume bien les ambitions de cette suite. Et des suites en général : trouver un prétexte pour faire un deuxième film qui sera plus fort que l’original. Désolé les gars mais c’est raté.

Critique : Jupiter : le destin de l’univers, de Andy et Lana Wachowski

Les Wachowski sont une énigme. Comment ces deux-là, alors qu’ils n’ont à leur actif qu’un vrai succès, l’inoubliable Matrix, ont réussi à faire financer un projet aussi ambitieux que Jupiter : le destin de l’univers (Jupiter Ascending en VO) ? Pour rappel, leur dernier opus, le féerique Cloud Atlas, avait certes connu un beau succès critique mais était loin d’avoir engrangé un quota suffisant de billets verts (du moins sur le sol américain). Mystère !

Les infos de la semaine : Pacific Rim 2, le fils de Mick Jagger dans la série de Martin Scorsese et le casting du dernier film des frères Coen

Vous avez eu une semaine chargée ? Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du cinéma et des séries ? Pas de problème, Lost in Universes vous fait un petit résumé des informations essentielles de la semaine.

Cannes 2014 : Foxcatcher, de Bennet Miller (Compétition)

La sélection officielle est tombée. Chaque jour Lost in Universes revient sur l’un des longs métrages présentés sur la Croisette. Aujourd’hui, Foxcatcher, de Bennet Miller.

Preview 2014 : une série et un film de SF pour les Wachowski

Malgré le flop injuste de Cloud Atlas, les Wachowski ont conservé tout leur potentiel hollywoodien. Premièrement, car même si le film n’a pas brillé au box-office, il ne s’est pas non plus transformé en accident industriel (version John Carter de Andrew Staton). Ensuite parce que les critiques avaient accueilli le film de manière favorable.

Critique : Don Jon, de Joseph Gordon-Lewitt

Cette comédie dramatique est arrivée en forme de cadeau surprise de fin d’année. Un peu comme Happiness Therapy avait enchanté le début de 2013, Don Jon sait habilement retenir son public. Qui au tout début du film se demande un peu dans quel genre d’univers foutraque il est tombé, et à mille lieues de l’image plutôt classieuse et raffinée qu’offre habituellement Joseph Gordon-Lewitt (Inception, Looper, Lincoln).

Critique : C’est la fin, de Seth Rogen et Evan Goldberg

Imaginez un peu. Vous êtes un acteur célèbre et vous passez une soirée tranquille avec vos amis acteurs dans une de ces somptueuses demeures hollywoodiennes. Alcool, drogues et rock ‘n’ roll ? Sans aucun doute. Mais pour Seth Rogen (The Green Hornet), Jay Baruchel (Cosmopolis), James Franco (127 heures) et leur bande, cela va se transformer en apocalypse. Vraiment !

Critique : White House Down, de Roland Emmerich

Roland Emmerich n’a peur de rien. Depuis vingt ans, son nom est inscrit en lettres d’or dans la catégorie « films de destruction massive ». Godzilla, Independance Day, Le Jour d’après… rien ne semble lui résister. La subtilité n’est pas son fort, mais question divertissement il en connaît un rayon. Après une récente incursion dans le drame historique avec Anonymous (vrai-faux biopic sur Shakespeare), le roi du Kaboom fait son grand retour avec White House Down.