Tag Archives: Comédie Romantique

Critique : L’Effet Aquatique, de Solveig Anspach

Envie d’une comédie légère pour bien commencer l’été ? L’Effet Aquatique pourrait bien être le film qu’il vous faut. Dernier film de la regrettée Solveig Anspach (Haut les cœurs, Lulu, femme nue), cette fable romantique vous mènera des eaux bleu-javel de la piscine Maurice Thorez de Montreuil aux étendues glacées islandaises. Deux univers que la cinéaste connaissait par cœur.

Critique : Diversion, de Glenn Ficarra et John Requa

Qui sont Glenn Ficarra et John Requa ? Des maîtres de l’illusion. Leurs derniers films I love You Philipp Morris et Crazy Stupid Love avaient justement en commun l’art de la diversion. Détourner l’attention du spectateur pour lui cacher un élément fondamental de l’ histoire… Alors que ces deux-là se lancent dans le film d’arnaque apparaissait comme logique. Hélas, comme le dit si bien l’adage, parfois, les cordonniers sont les plus mal chaussés.

Critique : Magic in the Moonlight, de Woody Allen

Quelques notes jazzy sur un générique noir et blanc… pas de doute vous êtes bien dans un film de Woody Allen. Le cru 2014, Magic in the Moonlight contient d’ailleurs tout ce qui fait l’ADN mythique de son cinéma. Au programme des dialogues percutants et drôles, une romance compliquée et une thématique philosophique. La question du jour  ? Qui a raison entre le cartésien pragmatique et la naïve qui croit en la magie ?

Critique : Her, de Spike Jonze

Ce qu’il y a de bien avec le cinéma de Spike Jonze, c’est qu’il vous amène toujours explorer de nouveaux horizons. Après les tréfonds du cerveau d’un acteur américain (Dans la peau de John Malkovich) et les songes à moitié cauchemardesques d’un enfant (Max et les Maximonstres), le cinéaste navigue cette fois-ci dans la complexité de l’intelligence artificielle.

Critique : Don Jon, de Joseph Gordon-Lewitt

Cette comédie dramatique est arrivée en forme de cadeau surprise de fin d’année. Un peu comme Happiness Therapy avait enchanté le début de 2013, Don Jon sait habilement retenir son public. Qui au tout début du film se demande un peu dans quel genre d’univers foutraque il est tombé, et à mille lieues de l’image plutôt classieuse et raffinée qu’offre habituellement Joseph Gordon-Lewitt (Inception, Looper, Lincoln).

Critique : The Lunchbox, de Ritesh Batra

Bollywood ne produit pas que des comédies musicales colorées. Les cinéastes indiens sont capables de faire des films plus intimistes comme ce Lunchbox qui a enchanté la Croisette en mai dernier. Tout est dans le pitch. Une mère de famille délaissée tente de regagner le coeur de son mari en lui préparant des bons petits plats. Mais une erreur de livraison va tout changer. Les mets délicats arrivent sur le bureau d’un veuf bientôt à la retraite. Une belle relation épistolaire commence.

Critique : Il était temps, de Richard Curtis.

Au pays du tea time et de la Queen Mum, la comédie romantique est presque une institution. Avec son humour décalé et ses personnages bigger than life, 4 Mariages et un enterrement avait imposé une patte typiquement British. Soit une comédie aussi drôle que charmante avec de vrais rebondissements. Un style initié par Mike Newell derrière la caméra et un certain Richard Curtis au scénario.