Tag Archives: crise économique

Critique : 99 Homes, de Ramin Bahrani

En 2008, la crise des subprimes éclatait aux Etats-Unis. Ces crédits à taux variables ont mis des millions de gens sur la paille dans le pays, ravageant des quartiers entiers. Mais pendant que certains perdaient leurs maisons, d’autres en profitaient pour réaliser de belles affaires : les courtiers immobiliers. Voilà le point de départ ultracynique de 99 Homes, de Ramin Bahrani. Mangé ou être mangé, that is the question…

Critique : Only Lovers Left Alive, de Jim Jarmusch

Il y a plusieurs constantes dans le cinéma de Jim Jarmusch. D’abord, un amour pour les désaxés, les gens hors-normes, bref tous ceux qui ne suivent pas le chemin tout tracé offert par la société. On y trouve aussi, souvent, beaucoup de musique, du rock, de la mélancolie et des cafés. Pas de mystère, Only Lovers Left Alive s’inscrit dans cette même lignée contemplative.

Critique : Les Brasiers de la colère, de Scott Cooper

Scott Cooper connaît la musique. En 2009, avec Crazy Heart il avait transformé Jeff Bridges en ancienne gloire de Country Music, cherchant le chemin de la rédemption. Cinq ans plus tard, dans les Brasiers de la colère, il est toujours beaucoup question du poids du destin mais un peu moins de musique. Même si la voix cassée de Bruce Springsteen participe totalement à l’ambiance mélancolique du film.

Critique : Homefront, de Gary Fleder

Une histoire de vengeance dans le milieu des trafiquants de méthamphétamine ne semble pas, a priori, réserver de grandes promesses de subtilités proustiennes. Surtout si elle a été écrite par Chuck Logan, scénarisée par Sylvester Stallone et que Jason Statham y joue les gros bras. Et pourtant Homefront est l’une des  bonnes surprises de ce début d’année.

Bande-annonce : les Derniers Jours, d’Alex et David Pastor

Les frères Pastor s’intéressent de nouveau à un univers en forme de fin du monde causée par un virus. Mais contrairement à Infectés (The Carriers) qui traitait le sujet par le biais d’un survival road movie à l’américaine avec Chris Pine (Star Trek Into Darkness) en vedette, les humains sont ici obligés de rester cloîtrés chez eux.