Tag Archives: dystopie

Critique : Seven Sisters, de Tommy Wirkola

Dans un monde futuriste surpeuplé, la politique de l’enfant unique rend illégal les naissances multiples. Dans cette tyrannie sociétale, des septuplées vivent en cachette. Pour passer inaperçues, elles se partagent une identité unique en sortant chacune un jour différent de la semaine. Avec ce pitch original et son univers orwellien rappelant autant Soleil Vert que Bienvenue à Gattaca, Seven Sisters a le mérite de se démarquer des productions de SF actuelles. Mais Tommy Wirkola spécialiste des séries B fantastiques (Dead Snow, Hansel et Gretel chasseurs de sorcières) a-t-il les épaules pour tenir sur la longueur ? Pas complètement.

Séries Mania 2016 : Section Zéro, de Olivier Marchal

A l’occasion de la 7e édition du Festival Séries Mania qui se tient jusqu’au 24 avril au Forum des images et à l’UGC des Halles, Lost in Universes vous présente chaque jour sur un show de la sélection. Aujourd’hui, on revient sur Section Zéro, la série post apocalyptique d’Olivier Marchal et Laurent Guillaume.

Divergente 3 : au-delà du mur, de Robert Schwentke

Plus les épisodes passent et plus l’intérêt pour la saga Divergente se délite. Ce numéro 3, divisé en deux comme le veut désormais la tradition young adult « pour toujours plus de billets verts », était pourtant plein de promesses sur le papier. Après les rebondissements de la fin de l’épisode précédent, on attendait avec une certaine impatience la découverte du monde derrière le mur. Hélas, même si repousser les limites d’un univers est toujours une expérience exaltante, ici le scénario se contente de déplacer les rapports de force sans jamais réinventer son monde.

Critique : Hunger Games – La révolte : partie 2, de Francis Lawrence

Le dernier acte de la saga Hunger Games se dévoile enfin. Après une première partie contemplative et désespérée, ce quatrième volet se concentre clairement sur l’action. Le film commence là où le précédent nous avait laissé : Katniss (Jennifer Lawrence toujours convaincante) pense ses plaies après le retour de Peeta. Ce dernier, torturé par le président Snow, n’a plus qu’une idée en tête : tuer la jeune femme. Mais l’heure n’est plus aux atermoiements sentimentaux. Les jeux ne sont terminés qu’en apparence car sur le champ de bataille, Katniss et ses amis sont sur le point d’affronter de nombreuses épreuves. Qui survivra ? 

Critique : Avril et le monde truqué, de Franck Ekinci et Christian Desmares

Et si le vivier le plus créatif du cinéma mondial se trouvait dans l’animation ? Après le sublime Vice Versa de Pixar en juin dernier, Avril et le monde truqué (récompensé du Cristal du Festival d’Annecy) est une nouvelle preuve du potentiel poétique de cette forme de 7e art. Imaginé par Jacques Tardi (Adèle Blanc-Sec, Nestor Burma), cette aventure animée se démarque immédiatement par son originalité.

Critique : Divergente 2 : l’insurrection, de Robert Schwentke

Retenez votre souffle. Tris et Four sont de retour dans la suite de Divergente. Après un premier épisode initiatique, dans lequel le spectateur découvrait l’univers dystopique imaginé par Véronica Roth, place à l’action pure. La guerre est désormais déclarée entre les Erudits et les autres factions. Tris et ses amis sont des fugitifs. Et ils vont tout faire pour déjouer le plan de la machiavélique Jeanine (Kate Winslet qui semble beaucoup s’amuser dans les habits bleu roi de la méchante). 

Critique : Hunger Games – La Révolte : partie 1

Après un deuxième épisode spectaculaire et épique, ce Hunger Games troisième du nom change de registre. Les jeux du cirque sont terminés. Les décors et les costumes flamboyants ont fait place à des murs gris bunker et des combinaisons paramilitaires. Bref ce troisième volet, coupé en deux pour répondre aux exigences du marketing, impose une ambiance de fin du monde quasi intimiste. Plutôt surprenant pour une saga qui avait beaucoup basé sa structure narrative sur l’art du rebondissement.

Critique : The Giver de Phillip Noyce

Y en marre. Marre qu’ Hollywood ne fasse qu’enchaîner les franchises sans âme pour ramasser des billets verts. N’allez pas croire qu’à Lost in Universes on n’aime pas les adaptations de bouquins pour jeunes adultes. Récemment la saga Hunger Games  nous a même éblouis, mais il ne suffit pas de posséder les droits d’un livre à succès pour faire un bon film. Nous en avons une nouvelle preuve cette semaine avec The Giver.

Critique : Zero Theorem, de Terry Gilliam

Douce mélancolie quand tu nous tiens… Zero Theorem résonne comme un film de fin de règne. Comme si Gilliam livrait une version contemporaine de son Brazil. Le même héros lunaire qui tente de lutter contre une société coercitive, le même univers visuel chamarré et bordélique et le même esprit rebelle.

Critique : Hunger Games – l’Embrasement, de Francis Lawrence

Ce deuxième volet des Hunger Games – l’Embrasement (Catching Fire) de Francis Lawrence était attendu de pied ferme par les admirateurs de la saga inspirée des livres éponymes de Suzanne Collins. Plus abouti que le précédent épisode dû au réalisateur Gary Ross, encore plus sombre, cet Embrasement propulse en haut de l’affiche Katniss Everdeen, the Girl in Fire.