Tag Archives: Gemma Arterton

Critique: The Last Girl, de Colm McCarthy

Le film de zombies a besoin de renouveau. Romero y voyait une métaphore politique et sociale sur la société de consommation. Les Walking Dead préfèrent se concentrer sur l’adrénaline. Mais au final, les lois de la gravité narrative « zombiesque » restent immuables : survivre dans un environnement hostile. Avec The Last Girl- La Fille qui avait tous les dons, Colm McCarthy, et Mike Carey l’auteur du roman original, semblent vouloir modifier le paradigme. En voilà une bonne idée

Critique : The Voices, de Marjane Satrapi

Mais qu’est-il arrivé à Marjane Satrapi ? C’est la question que l’on peut se poser devant l’univers rose bonbon sanglant de son nouveau long métrage. Une envie d’ailleurs certainement.  On la comprend.  Après tout il n’y a rien de pire pour un cinéaste que de se répéter et donc de n’avoir plus rien à dire. Alors disons qu’avec The Voices elle a pris un virage à 90°. Un peu radical  peut-être. Mais sur la route, le spectateur fera tout de même quelques charmantes découvertes. 

Critique : Gemma Bovery, d’Anne Fontaine

Imaginez le décor : la campagne normande, une anglaise trop belle pour être réelle, un boulanger amoureux des métaphores littéraires, une liaison adultère… vous mélanger le tout et vous obtenez ce Gemma Bovery signé par Anne Fontaine (Perfect Mothers).

Critique : Players, de Brad Furman

Après avoir avoir abordé le genre polar dans la Défense Lincoln avec l’excellent Matthew McConaughey, Brad Furman s’est attaqué avec talent au genre « malin, malin à demi » avec le film d’arnaque Players. Il y fait s’affronter un génial élève de Princeton, Richie Furst (Justin Timberlake, Time Out) et Ivan Block (Ben Affleck, A la Merveille) autour du thème des (très) gros sous générés par un site en ligne de poker basé au Costa Rica. Ajoutez à cela la toujours magique Gemma Arterton (Hansel et Gretel : Witches Hunters,bientôt dans Byzantium), les casinos, l’atmosphère poisseuse de la corruption, un agent du FBI (Anthony Mackie, Gangster Squad) exaspéré par son impuissance… vous obtenez un film d’arnaque qui, sans être génial, respecte les codes du genre, et réussit là où le décevant Insaisissable a échoué cet été.