Tag Archives: Histoire vraie

Critique : Le Grand Jeu, de Aaron Sorkin

Les premiers pas d’un scénariste chevronné à la mise en scène sont toujours un moment délicat. Aaron Sorkin (The Social Network, Steve Jobs), virtuose du rythme millimétré et des mots qui claquent, peut-il être aussi habile avec une caméra qu’il ne l’est avec la narration ? La réponse est complexe mais vous pouvez d’ors et déjà être rassuré : Le Grand Jeu est un vrai film d’Aaron Sorkin. Audacieux. Détaillé. Et percutant.

Critique : Lion, de Garth Davis

L’Inde. Un petit garçon orphelin. Dev Patel. Ces trois éléments riment pour tous les cinéphiles avec Slumdog Millionaire, conte exubérant à la sauce bollywoodienne signé Danny Boyle (Trance, Steve Jobs). En apparences, Lion de Garth Davis reprend les mêmes ingrédients. Mais cette histoire vraie d’un petit garçon indien perdu qui finit par retrouver sa famille 25 ans plus tard n’a au final que peu de rapport avec le feel good movie de Danny Boyle. 

Critique : Everest, de Baltasar Kormákur

Le point commun entre le cinéma et l’alpinisme ? Les deux ont pour ambition de vous transporter dans un autre monde. Sauf qu’au cinéma, vous êtes tranquillement à l’abri dans votre fauteuil… Signe des temps, Everest est à nouveau l’adaptation d’un fait divers tragique. En 1996, une expédition sur le sommet le plus haut du monde a mal tourné. Plusieurs des grimpeurs ne sont jamais revenus. Vous craignez le divertissement pathos ? Soyez rassuré, Everest, dirigé d’une main de maître par l’Islandais Baltasar Kormákur (2 Guns) évite largement cet écueil. Mais ça ne veut pas dire que vous n’allez pas pleurer…

Critique : Jimmy’s Hall, de Ken Loach

Se pourrait-il que Jimmy’s Hall soit le dernier film du britannique Ken Loach ? On ne veut le croire, tant le cinéaste s’est imposé depuis 50 ans comme l’un des pionniers du naturalisme social à l’anglaise. Surtout que ce biopic sur la vie du syndicaliste Jimmy Gralton possède bien le charme unique de son cinéma mais manque curieusement d’âme et même de fureur.

Cannes 2014 : Foxcatcher, de Bennet Miller (Compétition)

La sélection officielle est tombée. Chaque jour Lost in Universes revient sur l’un des longs métrages présentés sur la Croisette. Aujourd’hui, Foxcatcher, de Bennet Miller.

Critique : Dans l’ombre de Mary Poppins : la promesse de Walt Disney, de John Lee Hancock

Saviez-vous que le chef-d’oeuvre de toute une génération, Mary Poppins, avait mis plus de vingt ans à voir le jour ? En cause, les réticences de son auteure, P.L. Travers, a céder les droits d’adaptation à l’oncle Walt. En coulisses, les deux se sont même livrés à une guerre des nerfs acharnée. Avec cette histoire méconnue, John Lee Hancock (The Blind Side) nous offre un voyage fascinant dans les coulisses de la création. Croquis, partitions, chorégraphies… l’imaginaire du film prend forme sous nos yeux émerveillés.

Critique : Philomena, de Stephen Frears

Après un détour par la comédie (Tamara Drewe et Lady Vegas), Stephen Frears revient au drame avec Philomena. Pardon à « l’aventure humaine » pour reprendre les mots de Martin Sixsmith. Ce journaliste, interprété dans le film par Steve Coogan (A Very English Man) est l’auteur du bouquin qui a inspiré le film. Soit l’histoire vraie d’une femme (jouée par la grande Judy Dench) dont on a volé l’enfant et qui décide de rompre le silence au bout de cinquante ans.