Tag Archives: Jean Dujardin

Critique : Monuments Men, de George Clooney

Pendant la guerre, l’art n’est pas une priorité. L’information n’est pas nouvelle ni surprenante. Difficile, du moins en apparence, de se soucier du destin d’un petit clocher du XVIIIe siècle quand tant d’hommes et de femmes ont perdu la vie. Pourtant à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un petit bataillon de soldats fut constitué afin de sauver ce qui pouvait l’être.

Critique : Le Loup de Wall Street, de Martin Scorsese

Wall Street… ça vous dit forcément quelque chose ? Temple du libéralisme, étendard du dieu dollar… Mais connaissez-vous Jordan Belfort ? Un courtier parmi tant d’autres… ou presque. A la fin des années 80, il gagnait en moyenne près d’un million de dollars par semaine ! Sauf qu’étourdi par la toute-puissance des billets verts, il finit par prendre quelques arrangements avec la loi. Il avait juste oublié qu’Oncle Sam ne se laisse pas berner si facilement.

Critique : 9 mois ferme, d’Albert Dupontel

Avec Albert Dupontel, on peut semble-t-il s’attendre à tout : des films très noirs comme Bernie ou très hystériques comme Enfermé dehors. 9 mois ferme est une heureuse surprise. Plus mature, plus contrôlée, en un mot plus aboutie, cette comédie juridico-policière engagée est un vrai plaisir.

Bande annonce : Leonardo DiCaprio affole le Loup de Wall Street de Martin Scorsese

Après le monde de l’enfance et un hommage au cinéma dans Hugo Cabret, Martin Scorsese change radicalement de registre avec Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street). Comme son titre le laisse deviner, ce nouveau film nous plongera dans la vie trépidante d’un trader de la Bourse new-yorkaise.

Ce film racontera l’incroyable (et pourtant vrai) destin de Jordan Belfort, courtier en Bourse qui préféra faire de la prison plutôt que de participer à une gigantesque arnaque boursière. Au passage, sa décision permit de faire éclater au grand jour la corruption et les connections avec la pègre qui sévissent à Wall Street.

Une première bande-annonce vient d’être dévoilée sur le Web. Le film, adapté du roman de Belfort, semble baigner dans une sorte de folie douce. Excès en tous genres, dialogues surréalistes et armada en costumes sont au programme. Après Gasby le Magnifique, Leonardo DiCaprio aura donc à nouveau l’occasion d’interpréter un personnage hors normes.

Leo sera particulièrement bien entouré puisqu’il côtoiera la star du moment Matthew McConaughey (Mud, Killer Joe), Jonah Hill qui confirme depuis Le Stratège son ambition de trouver des rôles sérieux, Kyle Chandler (Zero Dark Thirty) et Jon « Walking Dead » Berthal. Jean Dujardin, annoncé dans le rôle secondaire d’un mystérieux homme d’affaires, n’apparaît pas dans la bande-annonce.

Le Loup de Wall Street  est attendu sur les écrans à partir du 25 décembre 2013.

Marianne

Critique : Möbius, d’Eric Rochant

Eric Rochant aime les polars. Depuis  Les Patriotes en passant par la série Mafiosa ou même le très onirique Anna Oz, il a prouvé qu’il maîtrisait l’art du double jeu. Son retour au genre espionnage avec Möbius était donc attendu avec une certaine impatience. D’autant plus qu’il réunit en tête d’affiche Jean Dujardin et Cécile de France, pour une romance impossible.

Mais voilà, malgré un scénario bien ficelé et un rythme soutenu, Eric Rochant ne parvient jamais à transcender le genre. Le décor monégasque est trop lisse. Les personnages secondaires sont trop froids. Le méchant (pourtant interprété par le charismatique Tim Roth) donne trop dans la caricature. On aurait aimé un peu plus d’aspérité, d’ambiguïté. Bref un soupçon de Homeland

Quant à l’histoire d’amour, elle est au final  peu crédible. La tonalité charnelle de la relation des amants redonne un peu de couleur à l’ensemble mais des dialogues peu inspirés viennent rompre cette belle harmonie. Avec les tête-à-tête des deux héros, on bascule soudain de l’ambiance French Connection à celle du Mépris de Godard. Le choc des cultures passe assez mal. Et c’est dommage car on ne demandait vraiment qu’à se laisser séduire !

Marianne