Tag Archives: Miles Teller

Divergente 3 : au-delà du mur, de Robert Schwentke

Plus les épisodes passent et plus l’intérêt pour la saga Divergente se délite. Ce numéro 3, divisé en deux comme le veut désormais la tradition young adult « pour toujours plus de billets verts », était pourtant plein de promesses sur le papier. Après les rebondissements de la fin de l’épisode précédent, on attendait avec une certaine impatience la découverte du monde derrière le mur. Hélas, même si repousser les limites d’un univers est toujours une expérience exaltante, ici le scénario se contente de déplacer les rapports de force sans jamais réinventer son monde.

Critique : Les 4 Fantastiques, de Josh Trank

Les 4 Fantastiques est un cas d’école. Ce reboot annoncé comme une  mouture haut de gamme des aventures des quatre super-héros avait  une ambition évidente : nous faire oublier les deux films « chamallow » avec Jessica Alba. Fini l’esthétique cartoonesque, place au néoréalisme façon Christopher Nolan. Mais un décorum plus sombre ne suffit pas pour réussir un long métrage. Car à trop vouloir faire plaisir au plus grand nombre, Sony s’est englué dans un film sans vraie personnalité. Too bad

Critique : Divergente 2 : l’insurrection, de Robert Schwentke

Retenez votre souffle. Tris et Four sont de retour dans la suite de Divergente. Après un premier épisode initiatique, dans lequel le spectateur découvrait l’univers dystopique imaginé par Véronica Roth, place à l’action pure. La guerre est désormais déclarée entre les Erudits et les autres factions. Tris et ses amis sont des fugitifs. Et ils vont tout faire pour déjouer le plan de la machiavélique Jeanine (Kate Winslet qui semble beaucoup s’amuser dans les habits bleu roi de la méchante). 

Critique : Whiplash, de Damien Chazelle

Sans le travail, le talent est une sale manie. Cette citation, le professeur de Whiplash l’a totalement intégrée. Mais au travail, il ajoute : l’humiliation. Ses élèves ont l’habitude d’en faire les frais mais il va particulièrement s’acharner sur le jeune Andrew Neyman, batteur besogneux et inspiré qui a fait du jazz toute sa vie. Entre les deux va se tisser une relation éprouvante faite de larmes, de sueur et même de sang. Un vrai programme de cinéma.

Critique : The Spectacular Now, de James Ponsoldt

Shailene Woodley, Miles Teller (tous les deux bientôt dans Divergente), Brie Larson (Don Jon)… ces noms ne vous disent peut-être rien et pourtant ils sont déjà considérés comme la relève hollywoodienne. Dans The Spectacular Now qui a fait sensation lors du dernier Festival de Sundance, ces trois jeunes pousses jouent au triangle amoureux. Pas de panique. James Ponsoldt ne fait pas partie de ces réalisateurs de studio qui ont une vision basique du Teen Moovie. Avant d’être un film d’ados, The Spectacular Now est surtout une chronique sensible sur cet âge délicat.