Tag Archives: Polar

Livre : La Fille du train, de Paula Hawkins

Vous n’aurez certainement pas échappé à La Fille du train de la britannique Paula Hawkins. C’est l’un des best-sellers de l’été. Un premier roman. Un coup de maître.

Critique : La Isla Mínima, d’Alberto Rodriguez

Le secret d’un polar réussi ? Un parfait équilibre entre une intrigue bien ficelée et une ambiance vénéneuse qui donne une âme supplémentaire à l’histoire et aux personnages. Avec La Isla Minima, Alberto Rodriguez (déjà à l’aise avec le thriller Groupe d’élite) tape dans le mille. Cette histoire de double meurtres sadiques dans l’Espagne post-franquiste du début des années 80 est passionnante de bout en bout.

Sortie DVD : Charlie Countryman, de Fredrik Bond

Charlie Countryman est un film comme on n’en fait plus. Ou plutôt comme on en faisait dans les années 90. Soit un polar ambitieux, dans sa forme, et nerveux dans son rythme. Fredrik Bond a visiblement grandi devant MTV, puisqu’il filme cette histoire d’amour électrique comme dans un clip. D’ailleurs, par moment, l’univers de Charlie Countryman n’est pas sans rappeler True Romance de Tony Scott. Y a pire comme référence.

Critique : Quand vient la nuit, de Michaël R. Roskam

Qu’est-ce qui fait un bon polar ? Dennis Lehane connaît parfaitement la réponse à cette question. L’auteur, dont de nombreuses œuvres ont déjà été transposées sur grand écran (Mystic River, Shutter Island…) a décidé d’écrire lui-même le scénario de Quand vient la nuit (plus mauvais titre, tu meurs…). Et il s’est assuré d’avoir une mise en scène adéquate, puisque c’est Michaël R. Roskam (Bullhead) qui tient les manettes de ce long métrage.

Critique : White Bird, de Gregg Araki

Avec sa bouille d’éternel jeune homme, on en oublierait presque que Gregg Araki a plus de 50 ans. Surtout que le monsieur a une sérieuse tendance à explorer avec frénésie toutes les déviances de l’adolescence. Jouissif (Kaboom), délirant (Doom Génération) ou tendancieux (Mysterious Skin), son cinéma ressemble globalement a un gros trip sous acide.

Série : Twin Peaks revient

Même les fans les plus passionnés n’osaient l’espérer. Et pourtant, ça y est, c’est officiel. 25 ans plus tard, une troisième saison de Twin Peaks va voir le jour. Mark Frost et David Lynch, soit les concepteurs originels, se chargeront de l’écriture du scénario.

Critique : Gone Girl, de David Fincher

Une femme disparaît. Une simple phrase mais qui a déjà nourrit l’imagination de milliers d’auteurs de polars. Gillian Flynn, l’auteur du bouquin original, connaît ses classiques mais a le mérite de les mettre au goût du jour. Car ce Gone Girl (sorti sous le titre Les Apparences en français) tisse une trame policière pleine de rebondissements, tout en dressant un portrait assez cynique du mariage version XXIe siècle.

Critique : Elle l’adore, de Jeanne Herry

Ce qu’il y a de bien avec les premiers films, c’est qu’on ne sait jamais à quoi s’attendre. La bande annonce de Elle l’adore, signé par la nouvelle venue Jeanne Herry, donnait l’impression d’une comédie grinçante sur fond d’enquête policière . Il n’en est rien. Certes Elle l’adore comporte son lot de répliques cocasses et de situations rocambolesques. Mais ce film est avant tout un polar.

Gotham : premières impressions

Dire qu’elle était attendue est presque un euphémisme. De toutes les nouveautés lancées en cette rentrée sur les networks américains, Gotham était certainement le show qui suscitait le plus d’enthousiasme. Créé par Bruno Heller (déjà aux commandes de la série Rome et producteur et scénariste du Mentalist), cette série est un prequel de Batman. On y suit le destin du futur commissaire Gordon qui vient juste de prendre ses fonctions à la police de Gotham. La première affaire sur laquelle il devra faire ses armes n’est autre que le meurtre des parents d’un certain Bruce Wayne…

Critique : Sin City : J’ai tué pour elle, de Frank Miller et Robert Rodriguez

Enfin  ! Il aura fallu attendre neuf ans pour voir la suite du génial Sin City sorti en 2005. Neuf longues années mises à profit par Robert Rodriguez (Machete Kills) et Frank Miller, l’auteur du comics original,  pour relever de nouveaux défis techniques. Car l’univers noir et blanc, constellé de taches colorées prend ici une nouvelle dimension avec la 3D. Par moment, c’est comme si le spectateur était immergé au milieu des cases de la BD. Bluffant !