Tag Archives: Thriller

Critique : Mr Wolff, de Gavin O’Connor

Ben Affleck est très occupé. D’un côté,  il s’active derrière la caméra (on attend avec impatience son hommage au film noir Live by Night en janvier 2017) et de l’autre il doit répondre à ses différents engagements au DCverse (The Batman, Justice League, Suicide Squad…). Mais entre deux enfilages de costumes, il a pris le temps de jouer dans Mr Wolff, un  thriller à rebondissements signé Gavin O’Connor (Janet Got a Gun, Warrior, la série The Americans).

Critique : Julieta, de Pedro Almodovar

Même si je n’ai rien contre les comédies excentriques qui ont fait le succès du cinéaste espagnol (Femmes au bord de la crise de nerfs, Attache-moi), j’ai une petite préférence pour ses drames au féminin et ses thrillers ambigus. Julieta, son dernier film, est justement le parfait croisement entre ces deux tendances. Une réussite, injustement repartie bredouille du Festival de Cannes. Une fois de plus !

Critique : Sicario, de Dennis Villeneuve

Avec Sicario, Denis Villeneuve est entré dans la cour des grands. Le film a participé à la sélection officielle du dernier Festival de Cannes. Et bizarrement c’est avec son film le plus grand public qu’il a obtenu cette reconnaissance. Il faut dire qu’après le psychanalytique Enemy  et le polar poisseux Prisoners, le cinéaste canadien avait commencé à faire parler de lui ailleurs que chez les lecteurs de Télérama. Sicario est un thriller habile qui a pour ambition de vous laisser KO. Le destin est tenace, aucun des personnages ne pourra y échapper. 

Critique : Maryland, de Alice Winocour

Et si le cinéma d’auteur endémique n’était pas une fatalité ? Du haut de ses 29 ans, Alice Winocour vient de prouver que sortir de la Fémis ne vous condamnait pas à réaliser des petits films obscurs. Maryland ou quand le jeune cinéma français prend de l’élan.

Critique : Enfant 44, de Daniel Espinosa

Enfant 44 où l’ histoire d’un gâchis. Sur le papier, ce projet avait tout pour être une réussite. D’abord, il s’agit d’une adaptation du best-seller du même nom écrit par Tom Rob Smith. Un page turner efficace qui nous plonge dans l’ Union Soviétique des années 50. On y suit le destin de Léo, agent de la police secrète convaincu, qui va peu à peu découvrir les failles du système qu’il défend. L’intrigue qui mélange enquête policière et background politique est solide et riche en rebondissements.

Critique : Un homme idéal, de Yann Gozlan

Yann Gozlan doit être un admirateur de Patricia Highsmith. Car son Homme idéal semble tout droit sorti des pages d’un roman de la célèbre auteure britannique. Impossible notamment de ne pas penser à Plein Soleil de René Clément. Le rapport de classe, la blonde hitchcockienne, le mensonge aliénant et cette ambiance ouatée et poisseuse à la fois, rien ne manque.

Preview 2015 : M. Night Shyamalan revient aux affaires

Et si 2015 était l’année de la résurrection pour M. Night Shyamalan ? Le réalisateur du Sixième Sens semble avoir perdu la recette du succès depuis le un peu trop gentil La Jeune Fille de l’eau. Pire avec Le Dernier Maître de l’air et After Earth, il semble aussi avoir renoncé à ce qui faisait la singularité de son cinéma : un twist final surprenant. Mais en 2015, les choses pourraient de nouveau changer. Le cinéaste va revenir avec un film d’horreur sans stars, The Visit dont le pitch mystérieux pourrait se révéler plein de surprises mais aussi avec une série Wayward Pines dont l’univers n’est pas sans rappeler une certaine Twin Peaks

Sortie DVD : The Best Offer, de Giuseppe Tornatore

Un commissaire-priseur dont le métier est toute la vie, une maison remplie de trésors, une jeune fille mystérieuse… tous les ingrédients ont été réunis par Giuseppe Tornatore (Cinéma Paradisio) pour que l’on ne demande qu’une chose : voir la suite de The Best Offer.

Critique : Paradise Lost, de Andrea Di Stefano

Le biopic est un art difficile. Surtout quand comme Andrea Di Stefano, on s’attaque à une figure aussi emblématique et contestée que Pablo Escobar. L’acteur cinéaste n’a pas opté pour la formule, Pablo, sa vie, son œuvre. Non, il s’est concentré sur la fin de la « carrière » du narcotrafiquant. Juste avant que sa couverture ne s’effondre et qu’il se rende à la police, non s’en avoir mis son trésor à l’abri.

Cannes 2014 : Captives, d’Atom Egoyan (Compétition)

La sélection officielle est tombée. Chaque jour Lost in Universes revient sur l’un des longs métrages présentés sur la Croisette. Aujourd’hui, Captives, d’Atom Egoyan.