Tag Archives: Tilda Swinton

Critique : A Bigger Splash, de Luca Guadagnino

Certains films appartiennent totalement à leur époque. La Piscine de Jacques Deray est un classique dont l’aura tient encore aujourd’hui grâce à la présence magnétique de Romy Schneider et d’Alain Delon. Luca Guadagnino (Amore) est sans doute un grand fan de ce long métrage dont il s’amuse clairement a reprendre certains plans. Mais en le transposant de nos jours, ce qui faisait le sel et le charme du film originel s’est dissout dans le chlore de la piscine…

Critique : Ave, César!, de Joel et Ethan Coen

Après un western crépusculaire (True Grit) et un drame sur un looser magnifique (Inside Llewyn Davis), les frères Coen reviennent à l’un de leur genre de prédilection : la comédie déjantée. Ave, César! (Hail Caesar!) nous plonge dans les coulisses du cinéma hollywoodien des années 50. On y suit les aventures mouvementées de Eddie Mannix (Josh Brolin) chargé d’éviter scandales et autres dérapages qui terniraient l’image des studios. Un pur régal d’écriture.

Les meilleurs films de 2014

2015 est là. L’heure des vrais bilans a enfin sonné. Et cette année, Lost in Universes a bien fait d’être patient car deux des meilleurs films de l’année sont sortis fin décembre. 2014 a été une année plus ébouriffante que 2013. Un peu moins d’attente et un peu moins de déception aussi. C’est souvent de la simplicité qu’est née l’émotion. De grands auteurs ont confirmé et de nouveaux talents se sont aussi imposés. Lost in Universes fait le point sur ce que 2014 a fait de meilleur. A vos DVD.

Critique : Zero Theorem, de Terry Gilliam

Douce mélancolie quand tu nous tiens… Zero Theorem résonne comme un film de fin de règne. Comme si Gilliam livrait une version contemporaine de son Brazil. Le même héros lunaire qui tente de lutter contre une société coercitive, le même univers visuel chamarré et bordélique et le même esprit rebelle.

Les infos de la semaine : Pacific Rim 2, le fils de Mick Jagger dans la série de Martin Scorsese et le casting du dernier film des frères Coen

Vous avez eu une semaine chargée ? Vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du cinéma et des séries ? Pas de problème, Lost in Universes vous fait un petit résumé des informations essentielles de la semaine.

Critique : Only Lovers Left Alive, de Jim Jarmusch

Il y a plusieurs constantes dans le cinéma de Jim Jarmusch. D’abord, un amour pour les désaxés, les gens hors-normes, bref tous ceux qui ne suivent pas le chemin tout tracé offert par la société. On y trouve aussi, souvent, beaucoup de musique, du rock, de la mélancolie et des cafés. Pas de mystère, Only Lovers Left Alive s’inscrit dans cette même lignée contemplative.

Critique : The Grand Budapest Hotel, de Wes Anderson

Dans le monde merveilleux de Wes Anderson, les rêveurs ont tous les droits. Enfant solitaire, renard rusé, amoureux de la mer… ils entendent mener leur quête jusqu’au bout, peu importe les difficultés qu’ils rencontrent. Ce monde n’existe pas vraiment bien sûr, mais il est tellement exotique que tout le monde veut y habiter. Avec The Grand Budapest Hotel, le cinéaste franchit une étape supplémentaire dans l’imaginaire en situant son action dans un pays fictif. Un choix créatif et politique à la fois, puisque ce subterfuge lui permet de critiquer la montée des mouvements nationalistes dans les années 30.

Critique : Snowpiercer, le Transperceneige, de Bong Joon-Ho

Qui est Bong Joon-Ho ? Au vu de sa filmographie étonnante, difficile de l’enfermer dans un genre particulier. Et c’est tant mieux. Etre capable de passer de la comédie (Barking Dog) au polar (Memories of Murder) en passant par le drame (Mother) ou encore le film de genre (The Host), tout en conservant le même talent, n’est pas donné à tous les réalisateurs. La formule du succès ? A chaque fois qu’il s’attaque à un univers, le cinéaste s’en approprie les codes en y ajoutant des petites touches personnelles et une sensibilité coréenne.